Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Qui est Jean-Lou Chameau, nouveau coordinateur du plateau de Saclay ?

Sybille Aoudjhane , , ,

Publié le

L'universitaire à longue carrière professorale, Jean-Lou Chameau a pour mission de dénouer la situation sur le plateau de Saclay. Il sera en charge du pôle regroupant les écoles d'ingénieurs, scientifiques et technologiques. 

Qui est Jean-Lou Chameau, nouveau coordinateur du plateau de Saclay ?
Jean-Lou Chameau au congrès national des ingénieurs Arts et métiers Paris Tech le 21 mai 2011 à Nancy.
© Luc Perenom

La situation doit être prise en main. Dans un communiqué commun, les ministres Bruno Le Maire, Frédérique Vidal et Florence Parly ont annoncé le nouveau rôle de Jean-Lou Chameau pour résoudre la discorde du plateau de Saclay. Le président émérite du California Institute of Technology (Caltech) est  "chargé de coordonner le regroupement d’écoles du plateau de Saclay et d’en assurer une visibilité internationale".

Jean-Lou Chameau sera responsable du pôle Institut – l’autre pôle regroupe les universités à Paris-Saclay- et semble être compétent pour cette tâche : il a passé sa vie dans les sentiers universitaires. A la tête du Caltech de 2006 à 2013, "l’un des meilleurs instituts de science et technologies", il sera chargé de coordonner l’institut regroupant l’Ecole Polytechnique, l’ENSTA, l’ENSAE, Telecom Paristech et Telecom ParisSud. Ce pôle créé devrait rivaliser avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) américain et compter "1000 enseignants chercheurs, 6000 étudiants en master, dont les ingénieurs, 1000 doctorants et 50 000 alumni." Après Caltech, l’universitaire né en Normandie, a aidé au lancement de l’Université des Sciences et technologies du roi Abdallah en Arabie Saoudite (Kaust).

Retour sur ses brillantes études

Jean-Lou Chameau passe par les plus grandes écoles : l’Ecole Nationale supérieure des Arts et métiers puis l’université de Stanford en Californie où il obtient son doctorat en génie civil en 1980. Il commence sa carrière professorale à l’université de Purdue avant d’être nommé Directeur de l'École d'ingénierie civile et environnementale à l'Institut de Technologie de Géorgie (Georgia Tech). Il est ensuite président de Golder Associates, une société internationale de conseil en géotechnique, mais retourne en 1996 à Georgia Tech en tant qu’éminent chercheur auprès de la Georgia Research Alliance. Dans cette université, il a aussi le titre de "vice-provost" pour la recherche.

Le communiqué précise qu’ il a déjà travaillé sur le projet de "plan Campus" : programme d’investissement universitaire. Enfin, il est membre du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) de l’Ecole polytechnique et de l’ENSTA. Il a reçu de nombreux prix pour ses recherches et a pris part dans plusieurs conseils d’administration d’entreprises comme Safran, Maaden, MTS Systems, John Wiley & Sons... et a été fait chevalier de la légion d’honneur.

Un parcours académique impressionnant qui devrait soutenir le projet relancé par Emmanuel Macron le 25 octobre 2017, alors que les travaux avaient déjà commencé. Dès 2025 ce campus urbain devrait compter 30 000 étudiants, 17 000 habitants et ses entreprises employer 18 000 salariés.

Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus