Chez Airbus, la junte militaire thaïlandaise prépare le réchauffement de ses relations avec l’Europe

Le général Prayut Chan-O-Cha, premier ministre de la Thaïlande, est en visite au siège d’Airbus à Toulouse, vendredi 22 juin. Un premier accord a été signé sur la création d'une co-entreprise pour exploiter un centre de maintenance sur l'aéroport de U-Tapao, près de Bangkok. D'autres devraient suivre et faire l'objet d'une annonce officielle le 25 juin à l’Elysée. Signe d’un réchauffement des relations économiques entre l’Europe et la Thaïlande?

Partager
Chez Airbus, la junte militaire thaïlandaise prépare le réchauffement de ses relations avec l’Europe
Le général Prayut Chan-O-Cha, premier ministre de Thaïlande

Une visite de la junte militaire thaïlandaise chez Airbus pourrait bien marquer le coup d'envoi du réchauffement des relations entre l’Europe et la Thaïlande. Le général et premier ministre de la Thaïlande Prayut Chan-O-Cha s'est rendu vendredi 22 juin au siège de l’avionneur à Toulouse (Haute Garonne). Un premier accord entre Airbus et la compagnie aérienne Thai Airways International (THAI) a été annoncé. D'autres, comprenant l’achat d’un satellite d’observation Theos-II pour un montant de 185 millions d’euros, devraient faire suite, selon Libération. Une annonce officielle pourrait être réalisée lors de la visite du premier ministre thaïlandais à l’Elysée, lundi 25 juin.

L'accord rendu public le 22 juin entre Airbus et THAI porte sur la création d'une co-entreprise pour exploiter un centre de maintenance, réparation et entretien (MRO) aéronautique basé sur l'aéroport international de U-Tapao, près de Bangkok. "Le MRO sera l'un de plus modernes et des plus grands de la régions Asie-Pacifique", précise un communiqué d'Airbus. Il sera doté "des dernières technologies numériques pour analyser les données de maintenance des avions, ainsi que de technologies avancées d'inspection, comprenant l'utilisation de drones pour contrôler les cellules des appareils", précise le groupe. Enfin le complexe comprendra également un centre de formation à la maintenance.

Concernant les satellites, la Thaïlande avait déjà fait, en 2008, l’acquisition d’un premier astronef Theos-II pour surveiller ses exploitations agricoles, ses réserves d’eau et l’érosion du littoral.

Un signe de dégel des relations économiques

Depuis mai 2014, l’Europe a rompu tout contact avec la Thaïlande sur la négociation d’un accord de libre échange suite à un coup d’état. Ce dernier avait abouti à l’instauration d’un régime militaire au pouvoir. Les annonces de partenariats avec Airbus pourraient être le signe du dégel des relations économiques entre l'Union européenne et la Thaïlande.

A LIRE AUSSI

La Thaïlande n'est pas tirée d'affaire

Pour les industriels européens, le pays représente cependant un important potentiel économique. La Thaïlande est la deuxième économie d’Asie du Sud-Est et la 26e mondiale derrière la Belgique. En 2018, son PIB, de 467 milliards de dollars, a progressé de 8% sur un an, estime le FMI.

Par ailleurs, le gouvernement local a lancé en 2016 le plan “Thaïlande 4.0”. Doté de 1,5 milliards de baths (39,5 millions d'euros) sur cinq ans, il prévoit de lourds investissements dans les infrastructures de transports, la modernisation de l’industrie et le tourisme. La France est le deuxième exportateur européen vers la Thaïlande après l’Allemagne et avant l’Angleterre.

1 Commentaire

Chez Airbus, la junte militaire thaïlandaise prépare le réchauffement de ses relations avec l’Europe

Pascal
23/06/2018 08h:43

Dernier paragraphe Erreur sur Bath et Euros. Si non bel article

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS