Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Bosch prêt à investir 30 millions d'euros pour diversifier l'usine de Rodez

, , ,

Publié le

Face aux nouveaux engagements de la direction du groupe à la fois, sur le volume des productions et sur un projet industriel de diversification du site, les salariés de l'usine Bosch de Rodez (Aveyron) ont voté la fin du blocage mis en place à l'entrée du site.

Bosch prêt à investir 30 millions d'euros pour diversifier l'usine de Rodez
Les conditions semblent à nouveau réunies pour rouvrir le dialogue social sur le site Bosch de Rodez
© Bosch

Les conditions semblent à nouveau réunies pour rouvrir le dialogue social sur le site Bosch de Rodez. Depuis lundi 19 mars, à l'appel de l'intersyndicale SUD/CFDT/CFE-CGC et CGT, un barrage filtrant avait été mis en place à l'entrée de l'usine aveyronnaise, accompagné de débrayages ponctuels dans différents ateliers.

En cause : l'annonce en janvier dernier par la direction du groupe allemand d'investir 14 millions d'euros sur le site de Rodez pour moderniser une seules des deux lignes de production d'injecteurs diesel du site, avec en contrepartie l'adhésion des salariés à la signature d'un accord de compétitivité prévoyant notamment une baisse du temps de travail. Une décision qui sous-entend, selon les syndicats, l'arrêt programmé de la seconde ligne avec la condamnation de 350 à 450 emplois.

La pression s'était encore durcie d'un cran en milieu de semaine, avec un blocage total du site, la veille de la venue à Rodez de Jean-Pierre Floris, délégué interministériel aux restructurations d'entreprises, envoyé par le ministère de l'Economie Bruno Le Maire pour tenter une médiation.

Finalement, à l'issue d'une réunion organisée à la préfecture le 22 mars, une nouvelle assemblée générale des salariés a décidé vendredi 23 mars une levée du blocage, en attendant la signature d'un protocole de fin de conflit prévue pour le début de semaine prochaine. La raison : de nouveaux engagements pris par la direction du groupe. "Le gel des salaires a été effacé, des garanties ont été données à la fois sur les volumes de production et sur un projet de diversification du site et la direction est prête à négocier sur les mécanismes de compensation du recours au temps partiel", résume Yannick Anglares, secrétaire CGT du site Bosch de Rodez.

Une sortie de crise et la fin de la mono-production

Concrètement, la direction s'est engagée à assurer au site 8% de sa production européenne d'injecteurs sur les trois ans à venir. "Ces volumes assurent 100% de la charge de la ligne de production qui doit faire l'objet d'une modernisation", précise Yannick Anglares. Sur la même période, les volumes de production des buses d'injection et des bougies de préchauffage seront maintenus à leur niveau actuel.

Concernant l'arrêt programmé de la deuxième ligne d'injecteurs, les salariés ont également été rassurés. "Le groupe s'est engagé à mettre en œuvre des pistes de diversification avec le maintien des 300 équivalents temps plein qui risquaient d'être condamnés par l'arrêt de la ligne et un budget prévisionnel de 30 millions d'euros d'investissements d'ici 2020 pour accompagner ces nouveaux projets industriels", détaille Yannick Anglares. Une enveloppe qui s'ajouterait ainsi aux 14 millions d'euros programmés pour la modernisation de la ligne d'injecteurs.

Un vrai soulagement pour les 1 600 salariés du site Bosch de Rodez, dont l'usine, dédiée exclusivement à la fabrication de composants pour les moteurs diesel, pourrait ainsi sortir de sa mono-production, pour se repositionner sur de nouvelles activités.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle