Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Olympus campe sa biotech à Lyon

Gaëlle Fleitour

Publié le

Face à la chute des ventes de ses appareils photos, Olympus poursuit sa diversification dans la santé. Le fabricant japonais lance une filiale biotech, dédiée à la médecine régénérative. Son antenne européenne sera basée à Lyon.

Olympus campe sa biotech à Lyon © Olympus - D. R.

La biotechnologie nouveau relais de croissance pour les géants asiatiques de l’électronique ? Peut-être. Quelques semaines après le premier investissement de son concurrent Samsung dans les biosimilaires (les copies des biomédicaments), c’est au tour d’Olympus de se lancer dans la biotechnologie.

À l’occasion de la présentation de ses résultats annuels, le spécialiste japonais des technologies de l’image a annoncé mardi 17 mai la création d’une filiale dédiée à la médecine régénérative : Olympus Biotech. Elle développera des produits favorisant la régénération des tissus, comme des substituts osseux, du derme artificiel ou des produits dentaires. Un segment auquel le groupe s’est initié en travaillant avec le laboratoire japonais Kaken, et en rachetant récemment une gamme de produits à l’américain Stryker Biotech.

Vers une médecine régénérative

"Après avoir développé quelques produits au Japon, nous abordons la phase d’extension, explique Didier Quilain, directeur général de la région Ouest (France-Belgique-Luxembourg) chez Olympus. Nous venons donc d’ouvrir l’antenne d’Olympus Biotech aux États-Unis et une antenne européenne implantée à Lyon Biopole, reconnu pour être le centre névralgique des biotechnologies en Europe".

Impossible de connaître le montant investi dans cette antenne, qui rapportera directement à Tokyo. Elle sera composée de huit personnes en charge du marketing, tandis que deux autres seront chargées de la R&D sur le site d’Olympus à Rungis et que 20 commerciaux sillonneront l’Europe. La logistique sera effectuée par une unité de 17 salariés basés en Irlande, et la production assurée par la filiale américaine.

Entre dispositifs médicaux et pharmacie

L’objectif mondial d’Olympus Biotech est d’atteindre un milliard de dollars de ventes entre 2016 et 2020, contre 60 millions aujourd’hui, grâce à ses propres structures de vente. "Cette nouvelle entité permettra à Olympus de se développer sur un segment à mi-chemin entre les dispositifs médicaux et le pharmaceutique pur, poursuit Didier Quilain. Nous disposions déjà d’expertise dans la réparation grâce à notre matériel endoscopique, utilisé notamment en orthopédie. Ce sont des produits complémentaires." Des nouveaux produits aux marges supérieures à celles des dispositifs médicaux, mais qui répondent à une réglementation plus lourde. Car ils nécessitent de réaliser des essais cliniques.

Une diversification indispensable

Olympus mise beaucoup sur cette diversification dans le domaine de la santé. C’est ce secteur qui tire déjà les résultats du groupe : l’imagerie médicale (endoscopie, microscopie et chirurgie) représente 40 % du chiffre d’affaires, mais 80 % des bénéfices d’Olympus !

Car le déclin des ventes d’appareils photo et la catastrophe qui a touché le Japon ont pesé sur les résultats de l’entreprise. Son chiffre d’affaires a chuté de 4,1 % sur un an, à 7,4 milliards d'euros, tandis que son bénéfice net a plongé de 84,5 % ! Comme un nombre croissant de groupes, Olympus espère donc trouver son salut dans la santé...

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle