Les industriels font la course à l'innovation pour capter le carbone dans leurs fumées

Plus discrète que le captage direct dans l'air, la capture du CO2 dans les fumées industrielles est en plein essor, portée par les impératifs de décarbonation de l’industrie lourde. Pour faire du principe une réalité, les technos sont au coude à coude et les démonstrateurs se multiplient malgré quelques premières expérimentations au bilan mitigé.

 

Partager

Les industriels font la course à l'innovation pour capter le carbone dans leurs fumées
Face au changement climatique, les solutions de captage, de stockage et de revalorisation du CO2 émis par l'industrie se développent tous azimuts.

Principale cause du changement climatique, le dioxyde de carbone (CO2) est insaisissable. Difficile de capturer une si petite molécule dispersée dans l’atmosphère. Tout l'art réside pourtant de savoir le trouver. Inspirés par le chasseur à la recherche d’un point d’eau, les industriels vont à la source : les points d'émissions. En s'attaquant aux fumées industrielles, où le gaz réchauffant est très concentré, les procédés de captage et stockage du carbone (CSC) visent à les purifier, pour décarboner les activités lourdes et polluantes sans changer les process.

Un rêve ancien. En mer du Nord, le pétrolier norvégien Equinor s’y essaie depuis 1996 dans le champ de gaz de Sleipner, où il capture près d’un million de tonnes de CO2 chaque année. Mais 25 ans après, les initiatives en marche restent rares. Plusieurs centrales à charbon qui se sont lancées dans l’aventure ont même fermé leurs portes face aux difficultés. Les coûts énergétique et financier des procédés, l’absence de valorisation du CO2, et les verrous technologiques ayant limité l’attrait du CSC.

Toutefois, depuis quelques années, les industriels investissent dans le captage du CO2. Devant l’urgence climatique et les objectifs de réduction des émissions des Etats, ils y voient le moyen de s’attaquer à leurs émissions les plus dures à éviter, comme de verdir leur image. Total, le plus actif des acteurs français sur le sujet, y consacre 10 % de son budget R & D. Le pétrolier « veut être un architecte », affirme Philip Llewelyn, ancien directeur de recherche au CNRS nommé en 2020 directeur du captage, stockage et valorisation du carbone (CCUS) du groupe. « Nous regardons toutes les technologies de captage pour savoir quelles briques existent et aider à les améliorer afin de répondre à chaque situation. »

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement