Renault met 16 000 salariés d'Ile-de-France en chômage partiel

Renault a mis ce lundi 30 mars la plupart de ses salariés tertiaires d'Ile-de-France en chômage partiel pour s'adapter à la baisse d'activité provoquée par l'épidémie de coronavirus en utilisant le dispositif mis en place par l'Etat.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault met 16 000 salariés d'Ile-de-France en chômage partiel
Renault a mis lundi la plupart de ses salariés tertiaires d'Ile-de-France en chômage partiel pour s'adapter à la baisse d'activité provoquée par l'épidémie de coronavirus en utilisant le dispositif mis en place par l'Etat. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

Renault met ses salariés franciliens au chômage partiel. "Après deux semaines d'arrêt de l'activité industrielle et commerciale, il faut adapter le temps de travail des collaborateurs", a dit à Reuters une porte-parole du groupe au losange. A compter de ce 30 mars et jusqu'à nouvel ordre, les salariés du tertiaire seront en télétravail le matin, et en chômage partiel l'après-midi, à l'exception d'un petit nombre de personnes maintenues à plein temps pour assurer des fonctions essentielles de l'entreprise (sécurité, maintenance, communication ...) Selon une source syndicale, cette obligation concerne environ 1.500 à 2.000 personnes. Hors tertiaire, toutes les usines du constructeur à travers la France restent quant à elles en chômage complet.

Les ordonnances du gouvernement face à l'épidémie prévoient le financement par l'Etat de 84% du salaire net des salariés en chômage partiel. Pour les salariés au forfait jour, notamment les cadres, l'entreprise verse un complément pour atteindre 100% du salaire net en vertu d'un accord dans le secteur de la métallurgie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Renault paiera donc un peu plus de la moitié du salaire de ses salariés du tertiaire, correspondant aux matins télétravaillés et au complément du salaire de l'après-midi pris en charge pour l'essentiel par l'Etat.

Dialogue avec les syndicats

Renault et ses syndicats discutent également depuis vendredi pour réinstaurer, sur le modèle du "contrat social de crise" de 2008-2009, un système permettant d'utiliser des jours de congés des salariés les mieux lotis pour financer le maintien du salaire des autres.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS