Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mobike devient le quatrième opérateur de vélos en libre-service dans Paris

, ,

Publié le , mis à jour le 25/01/2018 À 11H38

L’opérateur de vélos en libre-service chinois Mobike arrive sur Paris. Pour son lancement l'entreprise déploie 1 000 vélos dans toute la capitale, mercredi 24 janvier. Le nouvel entrant, bénéficie de problèmes de mise en circulation des nouveaux Vélib’ mais doit faire face au problème récurrent de vandalisme dont sont victimes ses trois concurrents déjà présents sur le marché. Son vélo, que l'entreprise qualifie de plus robuste, pourrait être un atout.

Mobike devient le quatrième opérateur de vélos en libre-service dans Paris
L'opérateur de vélos en libre-service se lance à Paris avec une première flotte de 100 bicyclettes, mercredi 24 janvier
© Mobike CC Twitter

Un nouvel opérateur de vélos en libre-service arrive à Paris. Après GoBee Bike, Obike et Ofo en automne 2017, c’est au tour du chinois Mobike de déployer une flotte de bicyclettes dans la capitale mercredi 24 janvier. 1 000 vélos ont été répartis dans l’ensemble des vingt arrondissements de Paris. Le nombre sera porté à 3 000 la semaine suivante.

Pour son lancement, le service bénéficie de la débâcle de Smovengo, l’exploitant du nouveaux Vélib’. 300 stations devaient être opérationnelles au 1er janvier. Seules les 67 étaient mises en services dix jours plus tard.

Comme ses prédécesseurs Mobike est un service dit de "free floating". A la différence du Vélib’, l’opérateur n’utilise pas de système de bornes où sont stationnés les vélos. A la place, la flotte est disséminée dans les rues de Paris. Les bicyclettes équipées de GPS sont localisables et déverrouillables depuis une application sur smartphone.

Un vélo plus robuste

Mobike se distingue de ses concurrents par un vélo que l’opérateur qualifie de plus robuste. 200 brevets ont été déposés pour y parvenir. Les éléments les plus fragiles, comme la chambre à air ou la chaîne, ont été retirés. Les rayons ont été remplacés par des tiges d’aluminium. Sur BFM Business Etienne Hermite, directeur de la filiale hexagonale, Mobike France, a déclaré que "les vélos ont été conçus pour un usage intensif [et] pour durer quatre ans".

Cet avantage, s’il est vérifié dans le temps par les utilisateurs, pourrait s’avérer crucial. Quelques mois à peine après son lancement, GoBee Bike a annoncé, début janvier, le retrait de ses vélos dans les villes de Bruxelles, Lille et Reims pour cause de vandalisme. A Reims, sur les 400 vélos mis en service en novembre, seuls vingt étaient encore en état de marche avant l’arrêt du service.

Mobike a déployé sa première flotte de 1 000 vélos à Shanghai (Chine) en juin 2016. En un peu plus d’un an, l’entreprise a lancé son service dans 200 villes à travers le monde. Elle revendique un parc de 8 millions de vélos répartis dans treize pays et 200 millions d’usagers. La société a bouclé une troisième levée de fonds de 215 millions de dollars en janvier 2017. Tencent, le géant Chinois des services sur Internet, fait partie des investisseurs. L’un des co-fondateurs de Mobike était le directeur de Uber Shanghai avant la création de la société. 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus