"Le gaz est toujours dangereux dans un environnement industriel"

Frank Haeseler, chef du département géochimie à l’Institut Français du pétrole, confirme qu’il existe un risque d’explosion sur la plateforme Elgin de Total en Mer du Nord. Si Total devait creuser un puits de dérivation, plusieurs mois pourraient être nécessaires pour stopper la fuite.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Usine Nouvelle - Quelle est la situation sur la plateforme Elgin de Total en Mer du Nord ?
Frank Haeseler - Nous n’avons pas d’accès à des informations particulières. Nous savons que la plateforme a été évacuée et qu’il n’y a eu aucun blessé ou mort, ce qui est le plus important dans l’immédiat. Il y a par ailleurs une alerte à l’émission de gaz, mais nous ne savons pas encore d’où ce gaz provient exactement. Trouver l’origine de cette fuite est difficile pour Total puisque le personnel compétent n’est plus sur le site. Enfin, il y a eu également un rejet d’hydrocarbures liquides dans la mer.

Avec cette fuite de gaz, y a-t-il un réel danger d’explosion ?
Le gaz est toujours dangereux dans un environnement industriel. Il y a un risque d’explosion si la concentration de méthane se situe entre 5 et 15 % dans l’air. Quand il y a une fuite, la concentration est de 100 % au niveau de l’origine. Puis en s’éloignant, cette concentration diminue jusqu’à atteindre la zone à risque où une explosion est possible.

Le puits d’Elgin-Franklin était un exploit technologique lors de sa construction. Est-ce que la complexité de ce puits est à mettre en cause ?
Il y a vingt ans, les réservoirs dits "Haute température, haute pression" étaient des objets que l’on commençait à peine à approcher et qui étaient largement inconnus. Aujourd’hui, l’industrie pétrolière a l’habitude de produire ce type de réserves.

Combien de temps faudra-t-il à Total pour stopper cette fuite ?
Difficile à dire. Il faut déjà que le pétrolier comprenne ce qu’il se passe avant de définir les solutions techniques à employer. L’explosion de la plateforme Deepwater Horizon de BP, sur le champ Macondo, dans le golfe du Mexique, avait eu lieu fin avril 2010. Les puits de dérivation ont été finalisés le 15 août suivant. Il a donc fallu environ trois mois. Si Total opte pour cette méthode, cette durée est un bon ordre de grandeur. Toutefois, dans le cas d’Elgin, il n’y a que 93 mètres d’eau à traverser contre 2000 dans le cas de l’accident de la plateforme de BP, ce qui simplifierait les opérations. Mais si le pétrolier a la possibilité d’agir au niveau de la surface, cela pourrait être beaucoup plus rapide.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS