L'Usine Nouvelle

Et si la relance de la production était numérique ?

, , , ,

Publié le

Et si la relance de la production était numérique ? © Twistiti - Flickr - C.C.

Le président François Hollande l’a dit dès le soir de son élection : la relance de la production sera son premier combat. Il aurait même arrêté sa feuille de route industrielle pour les premiers jours de son mandat : loi interdisant de fermer une usine rentable, création d’une banque publique d’investissement, création d’un haut-commissariat à l’industrie… Bref, il entend mettre en œuvre son programme rapidement sur ce thème. Espérons quand même que sa relance de la production sera un peu plus ambitieuse. On ne redressera pas la France de l’industrie en sauvegardant seulement nos usines existantes mais en en inventant de nouvelles, en créant un terreau favorable aux nouveaux sites de production.

Et pour créer cet environnement, il faut bien comprendre les forces à l’œuvre dans ce secteur, là où se crée aujourd’hui la richesse. Il y a 120 ans, lorsque l’Usine (pas encore Nouvelle) a vu le jour, les start-ups se dénichaient dans la sidérurgie. Elles faisaient l’industrie, elles étaient le cœur de l’industrie. N’en déplaisent aux salariés d’Arcelor-Mittal, ce n’est plus à l’ombre de leurs hauts-fourneaux qu’elle s’invente désormais. Les start-ups aujourd’hui, on les trouve dans le numérique. C’est dans le creuset de cette révolution technologique (industrielle affirme Jérémy Rifkin) que la France, et son nouveau gouvernement, doivent penser l’avenir des usines pour relancer durablement la production.

Et si certains pensent que parier sur le numérique revient à se fabriquer un avenir dématérialisé, ils se trompent. Oui, les supports changent. Oui, le papier n’aura peut-être plus la position dominante qu’il occupait le siècle dernier. Oui, des usines vont fermer. Mais, derrière ces destructions de valeur, de nouvelles opportunités émergent. On rangeait hier nos papiers dans des classeurs, des armoires ou des dossiers ? On le fera demain dans des "devices" (ordinateurs, tablettes, smartphone…). On bâtissait hier des usines géantes, des cathédrales ouvrières ? On fait pousser, aujourd’hui, des datacenters pour y stocker nos données et de nouvelles manufactures, plus modestes, sont en gestation grâce à la technologie d’impression 3D.

En fait, ce qui est en train d’émerger, c’est une nouvelle supply-chain. Du fournisseur au distributeur, tout le monde est questionné par la numérisation de notre société. Toutes les entreprises vont être amenées à revoir leur chaîne de valeur et leur business modèle. Et, à l’heure où le gouvernement souhaite nouer un pacte productif, il a le devoir de regarder l’industrie telle qu’elle est et surtout d’imaginer ce qu’elle pourrait être. Les révolutions industrielles sont aussi une histoire de volonté… politique, il va s’en dire !

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/05/2012 - 21h38 -

Je partage cette analyse, notamment le potentiel d'action qu'offre les nouveaux moyens de production de petites séries de pièces mécaniques - popularisés sous le nom d'imprimante 3D. Elles permettent de réaliser "à la demande" des handhelds embarquant une carte électronique composée de circuits dédiés, par exemple un ou plusieurs FPGA, un programme, le tout pour réaliser une fonction spécifique, dédié à un usage ou une interaction avec un environnement. Le paradigme nouveau, enfin presque, du cloud computing, pas dans le sens de silos de données, mais dans les multiples possibilités de déport de la puissance de calcul offre également un immense potentiel d'action. Il devrait donner la possibilité à des compétences individuelles de créer une nouvelle forme d'entreprise, projection des fabless, où un professionnel pourra produire de l'utilité - dont la contrepartie est de la valeur - en consommant de la puissance logiciel facturée à l'usage. Cela permettra à des entreprises qui ne sont ni des ETI, ni bien évidemment des GE, de pouvoir profiter de la force d'action de personnes auxquelles elles ne pourraient pas dans un autre contexte faire appel. Toutefois je suis aussi convaincu que le numérique va de plus en plus être associé au monde tangible pour le rendre plus accessible. Il est significatif que les applications que l'on met en avant associe toujours monde tangible et traitement numérique. C'est là que réside certainement une bonne partie du potentiel des données publiques par exemple. Et pour terminer je vais recommander un petit livre, intitulé Refonder l'entreprise, par Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, paru au Seuil en février dernier et qui donne du sens à l'entreprise par un objectif d'organisation collective de l'activité inventive, en mobilisant une démarche scientifique (p. 28). L'entreprise se décrit comme une capacité de développement, sans limite quant à la nature des biens qu'elle produira, aux techniques qu'elles mobilisera ou aux personnes qui participeront à son aventure. C'est une puissance de création sans équvalent dans la mesure où ni ses formes ni ses résultats ne sont prédéterminés. (p. 33). Il donne également un rôle singulier du chef d'entreprise - loin de l'imagerie populaire - dont la mission est avant tout créatrice (p. 41). La légitimité du chef d'entreprise tient dans sa capacité à mobiliser les potentiels de départ et à convaincre qu'il saura accroître le potentiel collectif. (p. 93) Le rôle du dirigeant est d'assumer la part d'inconnu et d'indécidable dans la mise en oeuvre d'une stratégie.(p. 93) La mission du dirigeant est d'imaginer de nouveaux usages des potentiels d'action - capital, compétences, propriété industrielles - qui lui sont confiés. Et c'est à mes yeux ce qui justifie leur rémunération. Sans "chef d'entreprise" il n'y a pas d'entreprise, pas d'activité économique ! Etre salarié c'est aussi accepter un lien de subordination en échange d'une valorisation de son potentiel personnel - les compétences. voilà qui est bien loin de la préservation d'un moyen de production, notion que l'on peut associer à la fabrique ou la manufacture, un concept dépassé depuis le début du XXème siècle. Bonne lecture, Jean-Luc Curilla (jean-luc.curilla(at)Orange.fr)
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte