[Avis d'expert] L’éco-entretien, une pièce maîtresse de la lutte contre les émissions de CO2 du parc roulant

Pour Jacques Rifflart, Président de l’Association Eco Entretien, la réduction des émissions de CO2 du parc automobile français passe par le développement de l'éco-entretien.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'expert] L’éco-entretien, une pièce maîtresse de la lutte contre les émissions de CO2 du parc roulant
Jacques Rifflart, président de l'association Eco Entretien.

Une étude de février sur l’évolution de la mobilité en Ile-de-France montre que l’usage de la voiture individuelle a, dans la crise sanitaire, pris le pas sur l’usage des transports collectifs. De même, celle-ci reste aujourd’hui le moyen de transport privilégié pour 74% des Français selon une récente étude de l’INSEE. Or, le parc roulant, contrairement aux idées reçues, ne s’électrifie pas de manière significative, il vieillit !

C’est pourquoi une des mesures du projet de loi "Climat et Résilience" qui prévoit la création obligatoire de zones à faible émission (ZFE) dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants en 2025 et donc l’exclusion de millions de véhicules "âgés", est l’arbre qui cache la forêt. Pour des raisons économiques et de pouvoir d’achat évidentes, la moyenne d’âge des véhicules augmente en France, passant de 9 ans en 2017 à 10,6 ans en 2020. La vente de véhicules neufs quant à elle a diminué de 25% en 2020 à 1.6 million quand, dans le même temps, celle des véhicules d’occasion restait soutenue à 5.5 millions. Nos décideurs devraient comprendre que malgré toutes les aides actuelles du gouvernement, des millions de Français n’ont pas les moyens d’acheter une occasion récente et encore moins un véhicule neuf.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le parc idéal "tout électrique" n’est pas pour demain. Les ventes de véhicules électriques et hybrides, 350.000 en 2020, représentent certes 20% des ventes annuelles mais les deux tiers de ces véhicules sont des hybrides, c’est-à-dire qu’ils conservent un moteur thermique. Même si les ventes de véhicules 100% électriques passaient de 110 000 à 1 million par an, il faudrait en théorie 40 ans pour convertir le parc ! Si les Français utilisent toujours leur voiture thermique, c’est qu’ils en ont besoin. S’ils n’en changent pas, ce n’est pas par esprit de fronde. C’est tout simplement parce qu’ils n’en ont pas les moyens. Le verdissement du parc automobile ne passe pas uniquement par son remplacement mais aussi par son entretien.

Nous avons la possibilité d’agir maintenant avec des solutions technologiques d’accompagnement !

Le verdissement du parc passe aussi par l’Eco Entretien.

Une solution concrète qui réponde au besoin de mobilité des automobilistes, à la réalité de leur pouvoir d’achat et aux objectifs de réduction du CO2 et des surémissions polluantes existe : c’est l’éco entretien ! Le principe de l’éco entretien est inscrit à l’article 65 de la Loi de Transition Energétique de 2015 (LTE). A ce jour, le décret d’application de cette loi n’est toujours pas publié dans son intégralité. L’éco "ntretien devrait cependant devenir une pièce maîtresse de la lutte contre les émissions de CO2 des véhicules constituant le parc roulant actuel.

L’éco entretien du parc roulant permettrait, annuellement en France, de réduire les rejets de CO2 de près de 1 million de tonnes, de particules de plus de 1.000 tonnes et de NOx d’environ 25.000 tonnes.

En raison de leur usage, au fil des kilomètres, des bouchons, des petits trajets ou des négligences d’entretien, 60% des véhicules en circulation sont en souffrance, c’est-à-dire qu’ils polluent plus que leur définition d’origine. Cette pollution, bien qu’invisible et n’empêchant pas le véhicule de rouler, est bien réelle et peut se mesurer par l’analyse des gaz d’échappement. C’est tout l’enjeu de l’éco entretien qui, à partir de cette analyse des gaz, permet d’établir un diagnostic, d’identifier les causes de la pollution du véhicule et de les traiter.

Un véhicule dépisté puis entretenu dans le cadre du label éco entretien est un véhicule qui peut réduire sa consommation de carburant donc de CO2 de près de 10%, de réduire jusqu’à 50% ses émissions de NOX et de 80% ses émissions de particules.

Pour conclure, le label "Eco Entretien" est le résultat d’un engagement fort des professionnels de l’après-vente automobile française et européenne qui se sont rassemblés autour de cette cause au sein de l’Association Eco Entretien (AEE) pour participer, à leur niveau, à la réduction des émissions de CO2. Grandes fédérations professionnelles, groupements, réseaux, centre autos, tous sont aujourd’hui partie prenante de cette technologie 100% française encadrée par le label professionnel "Eco Entretien". Le principe de l’éco Entretien est inscrit dans la loi ! En 2021, il doit être une pièce maîtresse de la baisse des émissions polluantes en France et en particulier du CO2.

Jacques Rifflart, Président de l’Association Eco Entretien

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS