Pas de décision avant plusieurs mois pour les projets GNL du Qatar

Publié le

LONDRES (Reuters) - Le Qatar a reporté le choix de ses partenaires européens pour ses projets d'extension dans le gaz naturel liquéfié, a appris Reuters de quatre sources informées, alors que le secteur est confronté au défi d'une surabondance d'approvisionnement due au bond de la production américaine et au déclin de la demande chinoise.

Pas de décision avant plusieurs mois pour les projets GNL du Qatar
Des employés travaillent à la production de cuves de transport pour le GNL. Le Qatar a reporté le choix de ses partenaires européens pour ses projets d'extension dans le gaz naturel liquéfié, a appris Reuters de quatre sources informées, alors que le secteur est confronté au défi d'une surabondance d'approvisionnement due au bond de la production américaine et au déclin de la demande chinoise. /Photo d'archives/REUTERS
© China Stringer Network

En indiquant il y a deux ans avoir établi une "short-list" de six compagnies européennes pour ses projets d'expansion, sans préciser l'identité de celles-ci, la compagnie publique Qatar Petroleum (QP) avait déclaré qu'elle annoncerait le nom de ses partenaires au premier trimestre 2020.

D'après les sources, cette décision a été reportée de plusieurs mois.

QP a refusé de s'exprimer.

L'une des sources a déclaré que le Qatar avait décidé de solidifier la structure de financement du projet avant de se tourner vers des compagnies pétrolières étrangères, estimant qu'une décision devrait être officialisée à la fin de l'année.

Trois autres sources au fait des négociations ont confirmé le report de la décision à la seconde moitié de l'année, l'ampleur de l'extension combinée à la perspective du déclin des prix du gaz affectant chaque aspect des partenariats potentiels.

"Les échanges sont centrés sur la valorisation du projet qui affecte les capitaux et le financement", a déclaré une source.

Le Qatar détient les plus importants gisements de GNL.

QP veut augmenter sa production de GNL de 60% à 126 millions de tonnes par an (mtpa) d'ici à 2027, en construisant plusieurs nouveaux sites de production. Le Qatar a indiqué par le passé qu'il pourrait bâtir seul ces sites si nécessaire mais qu'il préférait s'entourer de partenaires pour partager risques et coûts et intégrer de nouveaux clients.

Total, qui a tenté de resserrer ses liens avec QP, entend prendre une participation dans le projet, de même qu'Exxon Mobil et Royal Dutch Shell, ou encore Chevron et Eni.

(Eric Knecht, Dmitry Zhdannikov et Ron Bousso; version française Jean Terzian)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte