Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Lafarge supprime 92 emplois dans sa cimenterie de Saint-Vigor d’Ymonville

, , , ,

Publié le

Lafarge France annonce l’arrêt de ses activités d’extraction et de cuisson dans sa cimenterie de Saint-Vigor d’Ymonville (Seine-Maritime). Quelque 92 emplois seront supprimés sur 144. Le site sera transformé en usine de broyage.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Lafarge France (groupe Lafarge-Holcim) a informé, mercredi 3 février, les 114 salariés de la cimenterie de Saint-Vigor d’Ymonville de l’arrêt de ses activités d’extraction de calcaire et du four qui cuit cette matière première. Cette décision entraîne 92 suppressions d’emplois.

Le projet de Lafarge est de transformer le site de Saint-Vigor d’Ymonville en unité de broyage.

"Nous arrêtons les activités amont de l’usine - extraction de matière première et fabrication du produit intermédiaire que l’on appelle le clinker - et nous conservons la partie aval qui est le broyage, l’activité de mélange et l’expédition du produit fini, le ciment", a expliqué à usinenouvelle.com Didier Vinchent, directeur de la cimenterie de Saint Vigor d’Ymonville. Le site normand ne fabriquant plus de clinker, constituant principal du ciment, il va en "importer" pour le broyer. Ce clinker proviendra des "usines au bord de l’eau de notre groupe", précise Didier Vinchent. "Ce sera du clinker communautaire, en provenance d’Espagne et de Grèce."

Surcapacité de production de clinker en France

Selon nos informations, 15 millions d’euros seront investis par le groupe Lafarge dans ses usines de Saint-Vigor d’Ymonville et de La Couronne (Charente), toutes deux transformées en unités de broyage de clinker.

Selon la direction de Lafarge, la décision de stopper les activités amont à Saint-Vigor d’Ymonville répond à une surcapacité de production de clinker en France rapportée aux besoins actuels en ciment en France. Le marché cimentier français est confronté à une baisse de 30 % depuis 2008.

Claire Garnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle