Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La coentreprise associant PSA et Nidec produira des moteurs électriques à l’horizon 2022 à Trémery-Metz

, , , ,

Publié le

La signature d’un accord de coentreprise le 4 décembre entre PSA et la holding Nidec Leroy-Somer débouchera sur la production, à Trémery-Metz (Moselle), de moteurs électriques à partir de composantes fabriqués en France. Les deux partenaires vont investir 220 millions d’euros dans ce projet dont la concrétisation est attendue pour 2022.

La coentreprise associant PSA et Nidec produira des moteurs électriques à l’horizon 2022 à Trémery-Metz © Facebook PSA Trémery

Le groupe PSA avait déjà programmé pour le printemps 2019 le démarrage d’une ligne d’assemblage de moteurs électriques sur son site de Trémery-Metz (Moselle). Cette ligne s’appuiera sur les composants de la chaîne de traction fournis notamment par l’équipementier Continental. La signature le 4 décembre 2017 d’un accord de co-entreprise entre le constructeur automobile et la holding Nidec Leroy-Somer va permettre au site mosellan de franchir une étape supplémentaire. L’usine de motorisation assemblera à l’horizon 2022 des composants conçus et fabriqués en France par la coentreprise détenue à parts égales par les deux industriels. PSA et son partenaire japonais Nidec, propriétaire depuis février 2017 de Leroy-Somer, injecteront 220 millions d’euros dans ce projet.

"La coentreprise issue de ce partenariat sera chargée de la R&D, de la fabrication et de la commercialisation de moteurs électriques de traction au meilleur niveau du marché, principalement pour le Groupe PSA, mais également pour d'autres constructeurs", a indiqué PSA dans un communiqué.

400 postes en production

La coentreprise basée sur le centre technique de PSA à Carrières-sous-Poissy (Yvelines) verra officiellement le jour au 1er trimestre 2018. Elle emploiera à termes en recherche-et-développement une centaine d’ingénieurs issus pour un tiers de PSA, pour un tiers de Nidec Leroy-Somer et pour un tiers de recrutements. Environ 400 postes devraient être créés parallèlement à Trémery-Metz d’ici 2022 pour assurer la production de 900 000 "machines électriques" par an. Ces créations de postes pourraient contribuer à compenser l’impact en termes d’emploi de la baisse des ventes de diesel. Le site mosellan devrait en effet arrêter une de ses deux lignes d’assemblage de moteurs diesel en septembre 2018. Il compte actuellement 3 500 salariés dont 550 intérimaires.

Philippe Bohlinger

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle