L’armée française s'organise pour mener des attaques dans le cyberespace

La France s’arme d’une doctrine et de capacités informatiques à des fins militaires offensives. Le ministère des Armées va proposer aux industriels de l’armement un partenariat pour fonder un nouveau dispositif de cyberdéfense.

Partager
L’armée française s'organise pour mener des attaques dans le cyberespace
Les armées vont recruter 1000 combattants numériques d'ici 2025.

Fin 2017. Le ministère des Armées constate des connexions anormales sur son serveur Internet de messagerie. De toute évidence, un attaquant cherche à accéder au contenu des boîtes mail d’une vingtaine de cadres du ministère et parmi eux des personnalités de haut niveau. Son but : récupérer des données sur la chaîne d’alimentation en carburant de la Marine nationale. En protégeant les données ciblées, les enquêteurs numériques analysent en parallèle la chaîne de serveurs ainsi que les adresses IP exploitées et finissent par remonter au code malveillant connu sous le nom de Turla.

Florence Parly, ministre des Armées, a fait directement le récit de cette cyberattaque vendredi 18 janvier, à Paris, devant un parterre de militaires hauts gradés, de responsables de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) et de la DGA (Direction générale de l’armement) ainsi que de représentants d’armées étrangères. Clairement, elle a un message à faire passer : "La guerre cyber a commencé et la France doit être prête à y participer (…). La France emploie et emploiera l’arme cyber dans ses opérations militaires".

En définissant sa nouvelle doctrine en matière de lutte informatique offensive, la France s’octroie le droit de répliquer et d’utiliser son arsenal d’armes numériques si ses intérêts sont menacés et pour mener des opérations dans le cyberespace conjointement ou non avec des armements conventionnels.

Du renseignement à la destruction

Les adversaires sont déjà actifs qu'il s'agisse de pirates informatiques isolés, de groupes organisés voire d'états. Le ministère des Armées subit en moyenne deux incidents de cybersécurité par jour. Les industriels de l’armement, leurs sous-traitants, leurs fournisseurs sont également ciblés. D’où la nécessité de les impliquer également dans cette nouvelle démarche. "La semaine prochaine, au Forum international de la cybersécurité (22 et 23 janvier à Lille, ndlr), je proposerai un partenariat entre le ministère et les grands industriels de défense qui liera industries de défense, la DGA et le COMCYBER (commandement de cyberdéfense, ndlr) en fondant ce dispositif de cyberdéfense de «bout en bout». L’objectif est simple : toute notre communauté de défense doit se protéger et être protégée", a précisé la ministre.

Florence Parly a rappelé sa décision d’investir pour faire émerger une filière numérique de confiance, pour être capable de maîtriser le développement des innovations et l’emploi des solutions numériques. "L’arme cyber est une arme d’emploi. Il n’est plus temps de tergiverser sur l’opportunité de s’en doter ou non. Elle doit être perçue comme un amplificateur des effets militaires traditionnels", a renchéri le général d’armée François Lecointre, chef d’état-major des Armées.

Les objectifs opérationnels de cette lutte informatique offensive sont de nature multiple : le renseignement pour évaluer les capacités militaires adverses, la réduction voire la destruction des capacités cyber et militaires adverses par la création dommages majeurs... Il revient à la DGA de prendre en compte cette nouvelle doctrine offensive pour concevoir et développer les armements de demain. La France se donne les moyens de se renforcer sur ce nouveau front. Durant la période 2019-2025, 1000 soldats numériques vont renforcer les armées, la DGSE et la DGA pour porter ce nombre à 4400. Durant la période, 1,6 milliard d’euros sera investi pour la lutte dans le cyberespace.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS