International

L'Allemagne lance la construction d'une station d'hydrogène pour alimenter les trains Alstom

, , , ,

Publié le , mis à jour le 27/10/2020 À 08H28

Le transporteur allemand RMV a lancé le 26 octobre la construction d'une station d'hydrogène. Celle-ci alimentera la flotte de trains fabriqués par le groupe français Alstom.

L'Allemagne lance la construction d'une station d'hydrogène pour alimenter les trains Alstom
Les trains Coradia iLint d'Alstom sont alimentés par de l'hydrogène d'origine chimique.
© Alstom

Le groupe allemand de transports régionaux RMV a lancé lundi 26 octobre la construction d'une station-service près de Francfort (Allemagne) qui alimentera en hydrogène d'origine chimique des trains construits par Alstom. Le groupe français va livrer au total 27 trains à pile à hydrogène au parc industriel d’Infraserv Hoechst situé dans la région du Rhin-Main d'ici à la mi-2022. Ces trains, qui remplacent des motrices diesel, doivent entrer en service à partir de l'hiver 2020.

Un projet de 500 millions d'euros

RMV présente ce projet comme la plus grande flotte au monde de trains de voyageurs à zéro émission. Avec ce système de piles à combustible, qui transforme l'hydrogène en électricité au contact de l'oxygène, les trains seront silencieux et non polluants, puisqu'ils ne rejettent que de l'eau.

Le Land de Hesse et le gouvernement fédéral allemand ont contribué au financement de ce chantier de 500 millions d'euros, dont le coût est supérieur de 40 % à celui de trains diesel. L'Allemagne s'attend à ce que le coût de l'hydrogène "vert" devienne compétitif par rapport aux combustibles fossiles, jouant ainsi un rôle-clé dans la décarbonation de l'industrie, du chauffage et des transports. Les transports - notamment la liaison avec l'aéroport de Francfort, la plus importante plateforme de fret aérien d’Europe, ainsi que les voies ferrées et les routes - représentent la moitié de la consommation d'énergie du land de Hesse.

Une autonomie identique à celle des trains diesel

Les trains Coradia iLint seront alimentés par de l'hydrogène obtenu sous la forme d'un sous-produit du chlore fabriqué dans le parc industriel et acheminé vers les réservoirs. La plus grande quantité d'hydrogène proviendra d'un électrolyseur de 5 mégawatts (MW) qui doit encore être construit et qui utilisera de l'électricité renouvelable.

"Nous avons démontré que nous aurons suffisamment d'hydrogène pour alimenter le parc de manière économiquement viable. Avec un réservoir plein par jour, les trains peuvent parcourir 1 000 kilomètres, à l'identique des trains diesel", a déclaré le directeur général de RMV, Knut Ringat, lors d'une cérémonie.

Avec Reuters (Vera Eckert, version française Diana Mandiá, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte