France: Dette et déficit un peu inférieurs aux prévisions en 2019

PARIS (Reuters) - Le déficit public français a atteint en 2019 l'équivalent de 3,0% du produit intérieur brut (PIB), selon les données publiées mercredi par l'Insee, avant un creusement attendu à au moins 3,9% du PIB cette année du fait de l'impact économique de la crise sanitaire en cours.
Partager
France: Dette et déficit un peu inférieurs aux prévisions en 2019
Le déficit public français a atteint l'an passé l'équivalent de 3,0% du produit intérieur brut (PIB), selon les données publiées mercredi par l'Insee, avant un creusement attendu à au moins 3,9% du PIB fin 2020 du fait de l'impact économique de la crise sanitaire en cours. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

Le déficit public 2019 de la France s'inscrit donc pour la troisième année consécutive dans les clous européens et il est légèrement inférieur aux dernières prévisions du gouvernement, qui l'attendait à 3,1% dans la loi de finance rectificative pour 2020 publiée lundi.

La première évaluation des résultats des comptes nationaux des administrations publiques pour 2019 fait néanmoins ressortir une hausse du déficit public de 0,7 point de PIB par rapport à 2018, principalement sous l'effet de l'impact ponctuel de la transformation du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en baisse de charges pérenne (pour 0,9 point de PIB).

En volume, le déficit public - qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des administrations de Sécurité sociale et des collectivités locales - s'est établi à 72,8 milliards d'euros.

L'Insee a parallèlement annoncé une hausse de 65,2 milliards d'euros de la dette publique de la France l'an dernier à 2.380,1 milliards d'euros l'an dernier.

Rapportée au PIB, la dette est en revanche restée stable à 98,1%, sous les 98,8% attendu par le gouvernement avant une remontée programmée au-dessus du seuil de 100% cette année.

Les ministres de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ont estimé dans un communiqué commun que ces chiffres confirmaient "la robustesse des sous-jacents de notre économie avant la crise, faisant de la France une signature solide pour emprunter dans les circonstances actuelles".

Cela permet à "la France de disposer d'un peu plus de marge de manoeuvre pour financer les mesures d'urgence sans précédent mises en place pour faire face à la crise sanitaire" qui entraîneront cette année "un dépassement du seuil de déficit de 3% du PIB et de 100% du PIB pour la dette".

Pour 2020, le gouvernement table pour l'instant sur un déficit public de 3,9% mais ce chiffre sera probablement revu à la hausse dans le programme de stabilité qu'il devra envoyer le mois prochain à la Commission européenne.

FLEXIBILITÉS EUROPÉENNES EN 2020

La loi actant le plan de soutien de 45 milliards d'euros face aux répercussions sur l'économie de l'épidémie de coronavirus s'appuie en effet sur l'hypothèse d'une contraction de 1% du PIB de la France cette année mais Bruno Le Maire a prévenu mardi que le chiffre de 2020 serait "bien inférieur".

La trajectoire de redressement des finances publiques votée en début de quinquennat avait déjà été mise à mal par le financement des mesures prises pour répondre au mouvement des "Gilets jaunes", dont la baisse de l'impôt sur le revenu et la revalorisation des pensions de retraite.

Elle est désormais rendue caduque par la nécessité de combattre ce que Bruno Le Maire a décrit comme une crise économique sans précédent depuis la Grande Dépression de 1929.

L'exécutif européen a proposé vendredi l'activation de la "clause dérogatoire générale", qui permet aux Etats membres de l'UE de s'écarter du cadre budgétaire ordinaire en cas de crise généralisée et la politique budgétaire française "s'inscrira dans le cadre (de ces) flexibilités", ont précisé les ministres de Bercy dans leur communiqué.

Dans le détail, les dépenses publiques ont augmenté de 2,6% l'an dernier, après +1,3% en 2018. Une accélération encore plus marquée si l'on exclut la charge d'intérêts de la dette, qui a fortement diminué dans un contexte de taux historiquement bas. Sur ce périmètre restreint, leur progression est passée de 1,3% en 2018 à 3,1% en 2019.

Les dépenses totales ont représenté 55,6% de la richesse nationale l'an passé, une proportion presque stable par rapport à 2018 (55,7%). Le taux de prélèvements obligatoires a quant à lui baissé de 0,7 point pour revenir à 44,1% du PIB.

Pour ce qui est des recettes, l'année 2019 a notamment été marquée par une baisse de l'impôt sur les sociétés pour les entreprises dont le chiffre d'affaires n'a pas dépassé 250 millions d'euros, l'effet en année pleine de la suppression des cotisations maladie et de la baisse des cotisations chômage initiées en 2018, la deuxième phase de la suppression de la taxe d'habitation et la défiscalisation des heures supplémentaires.

(Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault et Marc Angrand)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - KOUNGOU

Mise en place de vidéo protection.

DATE DE REPONSE 06/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS