L'Usine Energie

[En vidéo] La future plus grande centrale hydroélectrique de Colombie inondée

, ,

Publié le

Vidéo En Colombie, 11 000 ouvriers sont actuellement déployés pour renforcer la structure d’Hidroituango, la future plus grande centrale hydroélectrique du pays, inondée par le lac Cauca suite à un glissement de terrain. Des milliers d'habitants sont évacués.

[En vidéo] La future plus grande centrale hydroélectrique de Colombie inondée
Hidroituango, la plus grande centrale hydroélectrique de Colombie, inondée par le lac Cauca

Les images, tout autant que les chiffres, sont spectaculaires. En Colombie, 11 000 ouvriers sont actuellement déployés pour renforcer la structure d’Hidroituango, la plus grande centrale hydroélectrique du pays.

Il y a quelques jours, un glissement de terrain a bloqué un tunnel de déviation du Cauca, deuxième fleuve du pays, qui alimente la centrale. Le lac artificiel s’est alors rempli alors que la digue n'était pas achevée. Sous la puissance de l'eau, le tunnel de déviation s'est débouché, provoquant une crue brutale. 5 000 personnes ont déjà dû être évacuées.

Désormais, de l’eau sort par la salle des machines et d’autres galeries, ce qui pourrait éroder la base du barrage de 220 mètres, relate le quotidien espagnol El Païs, avec le risque de déverser dans le fleuve des centaines de tonnes de matériaux.

Une erreur d'ingénierie, ou une conception trop low cost?

S’agit-il d’une erreur d'ingénierie et de planification, ou cette construction a-t-elle été imaginée trop low cost ? Les débats s’élèvent en Colombie alors qu’elle misait sur cette centrale, dont les travaux ont débuté en 2010 pour un coût dépassant les trois milliards de dollars, pour couvrir un cinquième des besoins énergétiques du pays.

Ce sera au principal actionnaire du projet, Entreprises publiques de Medellin (EPM), de répondre. Les travaux sont réalisés par le consortium CCC Ituango, composé d’entreprises brésilienne et colombienne. Or l’une d’elles, la brésilienne Camargo Correa, avait été mise en cause lors d’une opération anti-corruption "Lava Jato", qui avait révélé un réseau de pots-de-vin au sein de l'appareil étatique brésilien.

"Nous sommes en alerte maximale", a affirmé le gérant d'EPM, qui fait part d'une "condition géologique imprévisible" mais décrit "le pire des scénarios": l'effondrement de l'infrastructure, qui pourrait affecter jusqu'à quatre départements et menacer plus de 130 000 habitants de la région. Si la salle des machines s'effondrait, les autorités redoutent déjà une montée significative et incontrôlée du niveau du Cauca.

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte