[Communiqué] Interdiction du chrome hexavalent en 2024 : Décoral se prépare

L’entreprise Décoral se réinvente pour faire face à l’interdiction du chrome hexavalent courant 2024.

Partager

La société Décoral, située à Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie), opère dans le traitement de surface de pièces en aluminium, en titane et en inox. La firme est reconnue pour son savoir-faire en matière d’anodisation. Cette dernière « consiste à créer en surface une couche d’oxyde d’aluminium, un procédé chimique qui a des propriétés de rigidité et de résistance à la corrosion », explique Jean-Éric Loubet, propriétaire et directeur de Décoral. Le champ d’action de l’entreprise touche autant le secteur du sport que ceux du loisir, du médical, de l’automobile et surtout de l’aéronautique.

Dans le cadre du plan France Relance, la société a décroché une enveloppe de 188 k€ au titre des fonds de modernisation de la filière aéronautique. Cette somme permettra à la société de faire face à l’interdiction du chrome hexavalent (6e état d’oxydation du chrome), prévue en 2024. Celui-ci est qualifié de trop toxique par le règlement européen REACH en 2019. Devant ce constat, Jean-Éric Loubet souligne : « Jusqu’à 30 % de notre activité pourrait s’arrêter cette année-là. Des investissements sont donc nécessaires pour rester compétitifs. » Rappelons que la société a demandé, « par précaution », et obtenu, un Prêt Garanti de l’État (PGE) de 600 k€.

Cette nouvelle disposition va, entre autres, conduire l’entreprise à remplacer ses cuves de traitement et à moderniser ses moyens de production, en automatisant et en robotisant la partie montage.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS