Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Avec le rachat de OneAccess, Ekinops se rêve en équipementier majeur des télécoms en France

Ridha Loukil

Publié le

Avec l’acquisition de OneAccess, le petit spécialiste français du transport optique de données Ekinops étend ses prérogatives à la commutation et au routage. De quoi lui ouvrir un marché adressable de 5 à 7 milliards de dollars dans le monde, contre 2 à 3 milliards de dollars jusqu’ici.

Avec le rachat de OneAccess, Ekinops se rêve en équipementier majeur des télécoms en France
Didier Brédy, PDG d'Ekinops
© Ekinops

Les entreprises citées

"Notre ambition est de construire un équipementier télécoms majeur en France". C’est ainsi que Didier Brédy, PDG d’Ekinops, justifie l’acquisition de OneAccess. Une transaction de 58 millions d’euros finalisée le 2 octobre 2017. La PME, qui comptait 86 personnes et affichait un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros en 2016, devient une entreprise de 440 personnes, dont 200 en France, et 76,3 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Un marché dominé par des géants mondiaux

Fondée en janvier 2003 à Lannion, Ekinops développe des solutions de transport de données à fibres optiques pour opérateurs télécoms. Un marché de 15 milliards de dollars sur lequel elle afronte des géants comme les chinois Huawei et ZTE, le suédois Ericsson, le finlandais Nokia, les américains Cisco, Ciena et Infinera, ou encore le canadien Adva. "Mais compte tenu de notre portefeuille produits et de notre couverture géographique, notre marché adressable était de 2 à 3 milliards de dollars, explique à L’Usine Nouvelle Didier Brédy. Nous nous distinguons de la concurrence par notre technologie T-Chip à architecture programmable, qui réduit le nombre de composants, offrant des gains en performances, en encombrement et en consommation de courant avec, cerise sur gâteau, l’avantage de la flexibilité de mise en oeuvre. C’est cette différenciation qui nous permet de nous frayer une place sur un marché dominé par des géants mondiaux."

Ekinops s’adresse surtout à des opérateurs télécoms de rang 2 et 3. Mais depuis son introduction en bourse en 2013, elle a réussi à entrer chez deux opérateurs télécoms de rang 1 (plus de 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires) : Orange en France et un aux Etats-Unis, dont Didier Brédy ne souhaite pas dévoiler le nom. "Ce succès nous apporte un gain de crédibilité, confie le patron de la PME. Elle constitue une étape clé qui devrait nous aider à séduire d’autres opérateurs télécoms de rang 1. Notre objectif est de poursuivre notre croissance à la fois organique et externe. C’est pourquoi nous avons procédé à l’acquisition de OneAccess."

Solutions plus complètes pour les opérateurs télécoms

Société française, OneAccess développe des solutions de commutation et de routage, qui intéressent à la fois les opérateurs télécoms et les entreprises. "Avec nos solutions de transmission optiques, nous sommes présents dans la couche 1 des réseaux d’opérateurs télécoms, explique Didier Brédy. Avec OneAccess, nous entrons dans les couches 2 (services Ethernet et commutation) et 3 (routage de trafic IP). Cela nous ouvre un marché adressable de 5 à 7 milliards de dollars. Nous sommes maintenant en mesure de répondre aux besoins des opérateurs qui réclament des solutions complètes pour les couches 1, 2 et 3."

OneAccess apporte également une petite présence en Asie, alors qu’Ekinops était plutôt présent en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique. Cette acquisition va conforter Ekinops davantage à des géants comme Huawei, Cisco, Nokia ou Ericsson. Mais elle va lui offrir un avantage sur Ciena qui n’est pas présent sur la couche 3. "La consolidation répond à un changement de paradigme sur le marché des équipements télécoms où la virtualisation devient un enjeu important, précise Didier Brédy. Nous avons la chance d’être sur un marché très porteur. Avec OneAccess, nous avons une belle opportunité de nous faire une place au soleil."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle