Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les données, l'ultime combat de Margrethe Vestager

Solène Davesne , , , ,

Publié le

Les données, l'ultime combat de Margrethe Vestager
"Le marché européen est ouvert, à condition de jouer selon les règles" répète Margrethe Vestager.
© Commission européenne

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Avec sa coupe courte, sa haute stature reconnaissable et sa ténacité, elle est la star incontestée de la Commission européenne. La Danoise Margrethe Vestager est devenue la bête noire des grandes entreprises, surtout américaines, et de Donald Trump qui soupçonne la "tax lady" d’un fond d’anti-américanisme. Depuis 2014, la commissaire européenne à la Concurrence, le poste le plus puissant de Bruxelles, s’est taillé un copieux tableau de chasse. Dans son viseur : l’optimisation fiscale d’abord. Apple vient de rembourser à l’Irlande les 13 milliards d’euros de ristournes fiscales indues. Amazon, Engie et Fiat ont, eux, été épinglés pour des montages fiscaux alambiqués au Luxembourg. Idem pour Starbucks aux Pays-Bas. Mais les cibles préférées de Margrethe Vestager restent les géants du numérique. "Le marché européen est ouvert, à condition de jouer selon les règles", répète celle qui a inspiré le personnage principal de la série télévisée danoise "Borgen".

En juillet, la Commission européenne a infligé à Google la plus forte amende historique pour abus de position dominante (4,3 milliards d’euros) avec son application Android. La firme de Mountain View a déjà été mise à l’index pour avoir favorisé son comparateur de prix. Depuis quelques mois, la Commission a ouvert une enquête contre Amazon pour comprendre si les données des petits commerçants utilisant sa marketplace étaient utilisées par la plate-forme pour ses propres activités de vente en ligne. En quoi l’accès à ces informations fausse-t-il le marché ? Des centaines de questionnaires ont été envoyés. L’enquête devrait encore prendre des mois. "Une concurrence bridée a des conséquences sur la capacité à innover et à investir", assure la commissaire.

Face au numérique, la Commission va devoir faire sa révolution. Elle a prévu de renforcer ses outils digitaux pour accélérer son traitement des quantités colossales de documents examinés lors de ses procédures. Autre chantier : faut-il adopter de nouvelles règles à l’heure du numérique ? Trois experts – un juriste, un geek et un économiste – ont été nommés au printemps. Ils doivent remettre leurs propositions en mars 2019 pour une remise à plat de la politique de concurrence. Une tâche pour le successeur de Margrethe Vestager. Issue d’un parti d’opposition au gouvernement actuel à Copenhague, la Danoise a peu de chance d’être reconduite à Bruxelles. Mais le thème n’est pas près de s’éteindre. Emmanuel Macron a décidé d’en faire l’un des axes forts de sa campagne des Européennes. Lutter contre les géants du net est politiquement porteur.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle