Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Une usine de traitement de granulats marins en construction en bord de Seine

, , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Granulats Pignet Stref, société détenue par deux carriers indépendants normands, investit 13,5 millions d’euros dans une usine de traitement de granulats marins à Saint-Jean-de-Folleville en bord de Seine entre Rouen et Le Havre (Seine-Maritime).

Une usine de traitement de granulats marins en construction en bord de Seine
13,5 millions d’euros sont investis dans une usine de traitement de granulats marins à Saint-Jean-de-Folleville.
© Granulats Pignet Stref

Granulats Pignet Stref investit 13,5 millions d’euros dans une usine de traitement de granulats marins à Saint-Jean-de-Folleville en bord de Seine entre Rouen et Le Havre en Seine-Maritime. La société est détenue par deux carriers indépendants, Stref -  à hauteur de 70 % - et le groupe Gayam (Girard&Fossez ; L’Hermitte) à hauteur de 30 %.

Les deux carriers normands ont pris une participation minoritaire dans une concession de granulats en Manche, les matériaux marins constituant une voie de diversification, alors que l’exploitation des produits terrestres est rendue plus difficile du fait des contraintes

environnementales et de l’opposition des élus. Confronté à l’épuisement de son gisement alluvionnaire de Jumièges dans une boucle de la Seine, Stref voit dans ce granulat marin une « reconversion », même s’il « présente l’inconvénient d’être salé, très poreux et de contenir des coquillages » comme le précise Bernard Vatbois, son directeur général.

Installé à Cléon en Seine-Maritime, Stref, spécialiste des roches meubles, réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros avec 57 salariés. Le groupe Gayam, spécialiste des roches dures à Caen, réalise 10 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 30 salariés.

Criblage, lavage, broyage, concassage…

L’installation de Granulats Pignet Stref qui doit être opérationnelle en mai 2019, affiche une capacité de 600 000 tonnes par an avec une ligne de production. Elle assurera la séparation des sables des gravillons par criblage, le lavage des sables et gravillons pour l’élimination de l’argile, le broyage et le concassage des plus gros cailloux et l’élimination par densimétrie des éléments légers tels que le bois, les morceaux de houille et les petits coquillages. «Si les besoins sont là, nous pourrons dans l’avenir passer à deux équipes par jour, puis à deux lignes de production » confie Bernard Vatbois.

Granulats Pignet Stref s’est installée juste à côté de la Société parisienne des Sablières (SPS) avec laquelle elle a conclu un partenariat. Détenu par de grands groupes bétonniers, SPS dispose de quais et d’équipements de chargement/déchargement mais pas d’unité de traitement des granulats.

SPS réceptionnera les matériaux marins bruts extraits par des spécialistes du dragage en mer, comme le belge DEME, assurera leur stockage et leur mélange en vue de leur homogénéisation, puis les transfèrera via des convoyeurs dans l’installation voisine de Granulats Pignet Stref.

Reconstitution de zone humide

« Pour nous, l’intérêt est de disposer de quais et d’infrastructures de chargement/déchargement. Pour eux, c’est d’utiliser notre installation de traitement pour fournir du granulat marin fini à l’industrie du béton en aval » résume Jean-Max Pignet, président de Granulats Pignet Stref. Le granulat fini repartira par barge vers la région parisienne à destination des clients du BTP, principalement les industriels du béton prêt à l’emploi.

Site classé, l’installation de Saint-Jean-de-Folleville en cours de construction, a été autorisée par arrêté préfectoral le 1er décembre 2017. L’arrêté comprend une prescription portant sur une mesure compensatoire liée à la destruction d’une zone humide par Granulats Pignet Stref pour construire son installation. « Nous allons reconstituer cette zone humide sur la même superficie à trois kilomètres de là à Saint-Nicolas-de-la-Taille » explique Bernard Vatbois.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle