Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Delphi ferme son usine en « revitalisant » la région

, ,

Publié le

Delphi ferme son usine en « revitalisant » la région
Site de Donchéry
© Nexans

Social. En août prochain, l’équipementier automobile américain Delphi, installé sur le site de Donchery (Ardennes), ferme son site, occasionnant la perte de 290 emplois sur la zone.
Mais, dans le cadre de fermeture de sites, les sociétés de plus de 1 000 salariés ont obligation de signer, avec l’Etat, un « contrat de revitalisation », en dédommagement des pertes d’emplois occasionnées par leur décision. Les 290 emplois supprimés par Delphi doivent donc être compensés.

« Depuis plusieurs mois, nous travaillons en concertation avec les acteurs locaux [préfecture, conseil régional, conseil général ainsi qu’Altedia, un cabinet de conseil] sur les projets de créations d’emploi », indique Malika Venezia, porte-parole de l’équipementier.
C’est dans le cadre de ce comité, chargé de revitaliser le bassin, que s’est déroulée l’acquisition immobilière du site de Delphi, par Nexans
« Le groupe Nexans prévoit une croissance assez importante, au point d’anticiper la création de 100 emplois, en plus de ses salariés qui se déplaceront sur ce site là », déclare Malika Venezia, rajoutant que « dans le cadre de cette vente, nos salariés seront prioritaires pour occuper ces futurs emplois, qu’ils seront libres d’accepter ou non ».
Fin 2011, quelques 17 entreprises, qui ont déjà vu leurs projets retenus par le comité, pourraient générer 88 emplois supplémentaires.

Le calcul est simple : si ces 188 emplois sont créés sur le bassin de Donchery, il reste à Delphi 102 emplois à retrouver. L’accord de convention signé par Delphi prenant fin en 2013 : « Il reste du temps pour choisir d’autres projets », explique la porte-parole du groupe.
Par ailleurs, Delphi dispose d’une enveloppe appelée « fonds de revitalisation », qui, selon l’Union Presse, se monte à plus d’1,5 million d’euros. « Cette somme sert de compensation financière si les emplois promis ne sont pas trouvés à temps », souligne Malika Venezia.

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus