Partager

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes d'aides à la conduite et de l'hybridation 48 volts, est revenu sur les défis que rencontrent les équipementiers automobiles, entre pénuries de matières premières et accélération du mouvement d'électrification.

Comment innover en temps de crise ? Le PDG de Valeo, Jacques Aschenbroich, a livré sa vision du secteur automobile lors de l’édition 2021 des Assises de l’Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Entre l’électrification et la voiture connectée, les chantiers ne manquent pas pour l’équipementier, qui se présente désormais comme une entreprise technologique.

Le groupe doit affronter ces défis alors même que les pénuries de semi-conducteurs, et pas que, plombent la reprise de la filière. « Chaque semaine, nos clients réduisent leurs programmes de production », a confié Jacques Aschenbroich. Évoquant le problème de l’inflation, le dirigeant a prévenu les constructeurs automobiles : « Ils passeront à la caisse, il n’y a pas de doute là-dessus. »

Dans ce contexte de fortes tensions, Valeo continue de défendre la pertinence de sa politique d’innovation. Le fournisseur fait partie des plus gros déposants de brevets en France. « Le pic de R&D est derrière nous. Maintenant, nous sommes plutôt dans la phase d’industrialisation de tous ces produits », estime Jacques Aschenbroich. L’entreprise ne compte pas relâcher ses efforts. « L’innovation ne se fait pas en stop and go, insiste le PDG. Une fois que vous avez lancé les programmes d’innovation, vous êtes obligé de les mener jusqu’à leur terme. »

0 Commentaire

Pour le PDG de Valeo, Jacques Aschenbroich, «l’innovation ne se fait pas en stop and go»

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

À ÉCOUTER AUSSI

Plus d’épisodes