Paraboot robotise la chaussure

Timothée L'Angevin | | |

Publié le

Lancer le diaporama
Paraboot robotise la chaussure

Créé en 1908 à Izeaux en Isère par Rémy-Alexy Richard, Paraboot fabrique près de 120 000 paires de chaussures par an sur ses deux sites de production français. Ici, celui de Tullins.

Photo 1/18 @Timothée L'Angevin - L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Le cuir, acheté en France, représente la quasi-totalité des matériaux utilisés pour les chaussures. Sa découpe est encore en partie manuelle. Les ouvriers palpent les peaux et distinguent les fragments les plus résistants.

Photo 2/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Mais pour réduire les pertes, la découpe est également automatisée.

Photo 3/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Malgré la précision des trois machines italiennes Teseo, les pertes s'élèvent à 40%.

Photo 4/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Paraboot a investi 300 000 euros dans une nouvelle ligne de production pour sa collection de Sneakers, que la société vient de rapatrier du Portugal.

Photo 5/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Le process de fabrication de ces chaussures citadines légères est entièrement robotisé et informatisé.

Photo 6/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Quatre robots Stäubli, fabriqués en Haute-Savoie, grattent le cuir des chaussures afin qu'il soit lisse. 

Photo 7/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Certaines étapes, comme le collage de la tige (partie supérieure de la chaussure) avec la semelle, restent manuelles…

Photo 8/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

La phase de couture, qui permet de solidifier l'assemblage, est également réalisée à la main.

Photo 9/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Cette ligne de production robotisée ne fabrique que 2000 paires par an, le reste reste produit d'une manière plus traditionnelle.

Photo 10/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Les morceaux de cuir sont cousus à la main les uns avec les autres afin de former la tige.

Photo 11/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Le caoutchouc des semelles, acheté à un producteur français, est d'abord découpé puis aplati par ce rouleau compresseur.

Photo 12/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Une fois découpé est pressé, les morceaux de caoutchouc ont leur taille définitive et son malléables.

Photo 13/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Le caoutchouc est ensuite travaillé dans cette salle, entièrement rénovée il y a une dizaine d'années. Des presses de 400 tonnes le chauffent et compriment pendant huit minutes afin de lui donner l'aspect et la souplesse (ou la  rigidité) voulues.

Photo 14/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Les tiges sont d'abord assemblées à plusieurs couches de semelles, à la main et à la pince…

Photo 15/18 @Timothée L'Angevin – L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Plusieurs techniques de couture à la main sont développées pour assembler les semelles à la tige, avec des machines qui datent parfois des années 50. Le cousu Norvégien, dont la couture est doublée, améliore la résistance de la chaussure.

Photo 16/18 @Timothée L'Angevin - L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Plus fin, le cousu Goodyear est utilisé pour des chaussures de luxe.

Photo 17/18 @Timothée L'Angevin - L'Usine Nouvelle

Paraboot robotise la chaussure

Le Directeur Général de Paraboot, Régis Feuillet (à gauche) et Marc-Antoine Richard, directeur de la Production et arrière-petit-fils du fondateur.

Photo 18/18 @Timothée L'Angevin - L'Usine Nouvelle

Image Suivante

Le fabricant de chaussures en cuir haut-de-gamme Paraboot, situé dans l'Isère, profite de la relocalisation de l'une de ses collections du Portugal pour robotiser une ligne de production. Mais pour cette société centenaire, la fabrication manuelle reste la clé du succès.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte