Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350

Hassan Meddah | | | |

Publié le

Lancer le diaporama
Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Basé à proximité de l'aéroport de Toulouse, le bâtiment d'une superficie de 74000 m2 a nécessité un investissement de 140 millions d'euros (hors outillage). Quand le site atteindra une cadence de production de 10 appareils par mois aux environs de 2018, son effectif devrait compter 1000 salariés environ.

Photo 1/8 @e*m company - H. Goussé

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Les conditions de travail des compagnons ont largement été prises en compte pour la définition du hall d'assemblage. Ainsi priorité a été donnée à la lumière naturelle plutôt qu'à l'éclairage artificiel. De grands panneaux translucides au sommet des parois et de larges baies vitrées au sol laissent ainsi entrer la lumière du soleil donnant une impression de grande clarté.

Photo 2/8 @e*m company - P. Masclet

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Les différents tronçons de l'appareil arrivent des autres usines du groupe (Brême en Allemagne, Broughton au Royaume-Uni, Saint-Nazaire en France, Getafe en Espagne...) par avion cargo Beluga jusqu'au hall d'assemblage. Un atout pour réduire le cycle d'assemblage de l'appareil.

Photo 3/8 @e*m company - N. Fonade

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Les différentes sections (tronçons avant, central et arrière) vont êtres jointes le plus tôt possible.«Le cigare», soit l'ensemble du fuselage du nez à la queue de l'appareil, sera alors formé. L'alignement des jonctions se fait grâce à des systèmes de positionnement par laser. Cette étape précède désormais la jonction des ailes pour permettre de travailler le plus en amont possible à l'aménagement de la cabine.

Photo 4/8 @e*m company - P. Pigeyre

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Les leçons des déboires de l'A380 ont été tirées. Avant d'arriver dans l'usine d'assemblage, les tronçons sont équipés et testés en amont dans les autres usines de groupe ou chez les partenaires afin d'éviter que les travaux supplémentaires perturbent le fonctionnement de la ligne d'assemblage. Ainsi, les tests du train d'atterrissage principal ont été réalisés à Filton au Royaume-Uni un an avant le premier vol de l'avion.

Photo 5/8 @Airbus

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
Grâce à un jonctionnement du fuselage principal très en amont du proccessus d'assemblage, les équipes chargé de l'aménagement intérieur de la cabine pourront travailler pendant qu'une autre équipe procédera au raccordement des ailes. Cette réorganisation du travail permet ainsi d'assembler un A350 30% plus vite qu'un appareil similaire de la précédente génération.

Photo 6/8 @Airbus

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
L'A350 se décline en trois versions différentes (800, 900 et 1000) en fonction de sa capacité d'emport. Pour s'adapter aux dimensions de chacune de ces versions, les outillages sont mobiles. Ils peuvent se rapprocher pour les versions les plus courtes (800) ou s'éloigner pour la version la plus longue (1000).

Photo 7/8 @e*m company - P. Masclet

Au coeur de l'usine qui fabrique l'A350
L'A350 sera un avion moins polluant que l'A330 avec une réduction de sa consommation de carburant de 25%. Normal alors que l'usine soit également exemplaire dans ce domaine : 55% de ses besoins en énergie seront couverts grâce à une toiture équipée de 22000 m2 de panneaux photovoltaïques.

Photo 8/8 @

Image Suivante

Pour son gros porteur de moyenne capacité, l'A350, Airbus a édifié à Toulouse un tout nouveau hall d'assemblage. L'avionneur a revu la manière de produire les avions en parallélisant les tâches et en exigeant des usines amont des tronçons de fuselage pré-équipés. A la clef, Airbus table sur une réduction du temps de production de 30% par rapport aux avions comparables de la génération précédente. Aujourd'hui, le premier appareil dédié uniquement aux essais statiques est en cours d'assemblage. La jonction des ailes avec le reste du fuselage devrait avoir lieu cet été. Les tronçons de l'avion suivant, le premier qui volera, sont en voie d'achèvement et seront assemblés aussi cet été. Le premier vol est prévu pour 2013 pour une livraison l'année suivante. Quatre ans après l'entrée en service de l'appareil, Airbus table sur une production de 10 appareils par mois. Le temps de production pour un appareil entre l'arrivée du premier tronçon sur la ligne d'assemblage et la livraison à la compagnie aérienne est de 2 mois et demi.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle