Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Vouzelaud chasse avec une cartouche biodégradable

, , , ,

Publié le

Made in France

Vouzelaud chasse avec une cartouche biodégradable
Une quinzaine de références seront disponibles en 2015.

Dans les étangs de Sologne ou en Baie de Somme, nombre de cartouches en polyester flottent longtemps après avoir été tirées, qu’elles aient atteint un volatile ou non. Vouzelaud, fabricant de cartouches depuis 1888, vient de commercialiser une munition de chasse baptisée Greenwad, dont la bourre "coule et se dégrade rapidement", assure Vincent Vouzelaud, le directeur général de la PME familiale implantée à Brou (Eure-et-Loir), entre Le Mans et Chartres. Cet ingénieur Arts et Métiers a piloté un projet de recherche associant la société normande Natureplast, via sa filiale Biopolynov, et le Laboratoire d’études et de caractérisation des amorphes et des polymères (Lecap) de l’Institut des matériaux de Rouen. "Le défi était de maintenir les performances balistiques et la résistance aux variations de température", explique Vincent Vouzelaud.

Autre enjeu : le vieillissement du Greenwad, puisque les cartouches n’ont pas de date de péremption. "Nous avons sélectionné trois compounds, que nous avons testés au Lecap avant d’en choisir un", raconte Vincent Vouzelaud, qui déclinera sa matière première à travers une quinzaine de références à partir de 2015. Pour mener à bien cette recherche qui approche les 500 000 euros, Vouzelaud a bénéficié d’une prestation technologique réseau coordonnée par sa Chambre de commerce et d’industrie et du soutien du cluster Valbiom, axé sur la valorisation de la biomasse. Grâce à ce nouveau produit, cette PME de 50 personnes, qui possède un labo de balistique et son propre atelier de plasturgie, vise les marchés "où les contraintes réglementaires sur la protection de l’eau sont fortes", indique le dirigeant. Suisse, Scandinavie, Grande-Bretagne sont dans la ligne de mire de l’armurier qui a enregistré 5,5 millions d’euros de ventes en 2013.

Stéphanie Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle