Votre bulletin de paie d’octobre affiche quelques dizaines d'euros de plus

C’est la deuxième partie de la réforme de la fiche de paie voulue par le gouvernement. La suppression de la cotisation salariale à l’assurance chômage entre en vigueur en octobre, après la réduction enregistrée en janvier. Le sentiment de perte de pouvoir d’achat demeure pourtant très élevé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Votre bulletin de paie d’octobre affiche quelques dizaines d'euros de plus
Les salariés du privé verront de nouveau leur fiche de paie augmenter en octobre du fait de la suppression de la cotisation salariale d'assurance chômage.

Les salariés du privé vont bénéficier d’une petite augmentation au mois d’octobre. La suppression de la cotisation salariale d’assurance chômage de 0,95 % du salaire brut prévue par la loi de finances pour 2018 entre en effet en vigueur ce mois-ci. Le gain pour un salaire brut de 1 500 euros mensuels devrait s’élever à 22 euros par mois, il atteindra près de 37 euros pour un salaire de 2500 euros et 58 euros pour un salaire de 4000 euros. Le gain peut être calculé sur notre simulateur.

Il s’agit du deuxième temps de la réforme, le premier temps ayant eu lieu en janvier 2018. Les salariés avaient déjà vu une amélioration de leur salaire net du fait de la suppression de la cotisation salariale d’assurance maladie et de la réduction de 2,4 % à 0,95 % de la cotisation salariale de l’assurance chômage.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Rendre le gain visible

Le gouvernement se démène pour rendre cette amélioration du pouvoir d’achat visible auprès des Français. D’autant qu’elle s’accompagne d’autres mesures prévues pour le mois d’octobre, comme l’augmentation de la prime d’activité de 20 euros par mois pour les plus modestes (environ 2,5 millions de foyers), ou encore de la suppression de la taxe d’habitation.

Mais cela suffira-t-il à enrayer le sentiment de perte de pouvoir d’achat engendré notamment par la hausse des prix du carburant ? La hausse du prix du baril a entraîné un surcoût d’une quinzaine d’euros pour un plein à la pompe en 18 mois, selon la CLCV (Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie). Le projet de loi de finances 2019 prévoit quant à lui de poursuivre l’augmentation de la taxation sur le diesel pour rapprocher son prix de l’essence.

A partir du mois de janvier 2019, un autre dispositif va faire de l’ombre à la réduction des cotisations salariales chômage et maladie. Le prélèvement à la source verra l’impôt sur le revenu directement prélevé sur les salaires par l’employeur. La hausse du net constatée en 2018 risque donc de passer aux oubliettes.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS