[Vidéo] Sea Bubbles lève 100 millions d'euros

Sea Bubbles, qui rêve de faire voler des taxis au-dessus de la Seine, va lever "100 millions d'euros [...] sous une ou deux semaines", selon Alain Thébault. Le navigateur et fondateur de la start-up française a fait part de son souhait d'accélérer le développement de sa société à BFM mardi 30 mai .

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Sea Bubbles lève 100 millions d'euros
Les premiers tests publics des Sea Bubbles se dérouleront cet été sur la Seine.

Vite et bien sont les mots clés chez Sea Bubbles. Cette start-up française, créée en janvier 2016, a annoncé une levée de fonds de 100 millions d'euros sur BFM mardi 30 mai. L'annonce d'Alain Thébault, le fondateur de la start-up, survient alors même que Sea Bubbles a déjà levé 10 millions d'euros le mois dernier et 3 millions d'euros en décembre 2016.

Cette nouvelle levée de fonds devrait être bouclée "sous une ou deux semaines", espère Alain Thébault. Restant assez évasif il affirme seulement "qu'un important acteur français" y participe. "On a créé cette start-up il y a un peu plus d'un an, elle est stable, elle vole parfaitement donc on accélère", résume le fondateur de Sea Bubbles. Et lever 100 millions pour l'industrialisation va effectivement permettre d'accélérer leur projet. De quoi voir bientôt flotter ces bulles au-dessus de la Seine ?

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un premier prototype déjà aperçu

Alors que les premiers tests publics doivent voir lieu cet été sur la Seine, fin mars un prototype a été aperçu en baie de la Ciotat (Provence-Alpes-Côte-D'azur).

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a été l'une des premières séduite par cette idée. Dès février 2015 elle a souhaité que Paris soit la première ville, à tester ces bulles. Rapidement d'autres villes, comme Londres, Genève ou New York, ont suivi.

Pour Paris, Sea Bubbles prévoit une bulle à faible vitesse, du fait de la réglementation fluviale qui n’autorise pas de dépasser les 18 km/h dans la capitale. Pour les autres projets, un bateau plus rapide (25-30 km/h ) devrait voir le jour. Ces taxis fluviaux, qui devraient pouvoir transporter cinq personnes, peuvent sortir de l'eau dès 12 km/h. Et la start-up souhaite aussi développer un modèle autonome.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS