[Vidéo] Le Premier ministre espère créer 160 000 emplois en 2021 grâce au plan de relance

Le gouvernement français a dévoilé son plan de relance le 3 septembre. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé qu'il visait 160 000 créations d'emploi en 2021 grâce aux mesures de soutien à l'économie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Le Premier ministre espère créer 160 000 emplois en 2021 grâce au plan de relance
Le Premier ministre Jean Castex défend le plan de relance du gouvernement. /Photo prise le 3 septembre 2020/REUTERS/Ludovic Marin

Le gouvernement français a dévoilé jeudi 3 septembre son plan de relance pour surmonter la crise du Covid-19. La transition énergétique, l'industrie et l'emploi figurent dans les priorités de l'exécutif. Sur ce dernier point, le Premier ministre Jean Castex a précisé son objectif.

"Faire en sorte que le chômage n'explose pas"

"Ce plan de relance vise à faire en sorte que notre économie ne s'effondre pas, que le chômage n'explose pas", a assuré le chef du gouvernement, interrogé par RTL le 3 septembre au matin. "J'espère que le plan de relance, en 2021, l'année prochaine, créera 160 000 emplois. C'est notre objectif", a-t-il ajouté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous avons des chiffres qui disent plus", a reconnu le Premier ministre. Effectivement, le gouvernement avait aussi parlé de 200 000 emplois créés en 2021 grâce au plan de relance.

Absence de contreparties demandées aux entreprises

Le volet "emploi" du plan de relance prévoit entre autres 6,7 milliards d'euros de soutien à l'emploi des jeunes, via notamment des primes à l'embauche. Parallèlement, le gouvernement prévoit de réduire de 20 milliards d'euros en deux ans les "impôts de production", les contributions et cotisations que paient les entreprises quel que soit leur niveau de rentabilité. "Ce n'est pas un cadeau aux entreprises, a assuré Jean Castex. C'est un cadeau à la France pour relancer l'économie et lutter contre le chômage."

L'absence de contreparties demandées aux entreprises est néanmoins au coeur des critiques. "Nous sommes inquiets concernant les 20 milliards de baisse d'impôts de production, qui auraient dû selon nous être liées à des contreparties sociales, écologiques, fiscales et de relocalisation, au moins pour les 100 premières grandes entreprises", a ainsi déclaré à Reuters Matthieu Orphelin, co-président du groupe Écologie Démocratie Solidarité à l'Assemblée nationale et proche de l'ancien ministre Nicolas Hulot.

L'Unédic prévoit 900 000 destructions d'emplois en 2020

Outre les créations d'emploi, il faut aussi compter les destructions ou les destructions évitées. L'État estime que le financement de l'activité partielle de longue durée va permettre de sauver 300 000 postes. Reste à savoir si ces mesures d'aide suffiront à compenser les effets de la pandémie.

Le gouvernement prévoit pour l'instant une contraction de 11 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020. Cette chute de l'activité, la plus forte enregistrée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, devrait se traduire par la destruction d'au moins 900 000 emplois en 2020 selon les prévisions de l'Unédic.

Bruno Le Maire a pour sa part mis en avant la volonté du gouvernement de favoriser les relocalisations au nom de la souveraineté économique et de faire émerger de nouvelles filières d'avenir. "Nous n'avons pas su ouvrir de nouvelles filières industrielles. C'est ce que j'appelle se reposer sur ses lauriers. Et bien il est temps de passer à autre chose, c'est le sens de ce plan de relance", a dit le ministre de l'Économie en citant les biotechnologies, les énergies renouvelables, le calcul quantique ou encore le traitement des déchets.

Avec Reuters (Avec Leigh Thomas, Elizabeth Pineau, Caroline Pailliez et Nicolas Delame, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS