Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

[Vidéo] Lancement du Techshop à Station F, pour "démocratiser l'ouvrage industriel"

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le

Après Ivry-sur-Seine et Lille, un troisième Techshop, l'espace ateliers de Leroy Merlin, a été inauguré à Station F. Un espace de travail collaboratif pour tous les startuppers (mais pas que) afin qu'ils créent des prototypes de leurs propres mains.  

[Vidéo] Lancement du Techshop à Station F, pour démocratiser l'ouvrage industriel
Lancement du Techshop de Station F avec Thomas Bouret, Directeur général Leroy Merlin France et Maud Berenger, directrice des deux Techshop d'Île-de-France.
© Sybille Aoudjhane

Des fraiseuses, ponceuses, imprimantes 3D... le Techshop de Station F, c’est 650m2 de surface pour 30 machines à portée de main pour les statuppers. Lancé le 5 février 2018, l’incubateur de Xavier Niel bénéficie maintenant de toutes les machines quasi industrielles pour composer des prototypes. Leroy Merlin – 100% actionnaire – inaugure son troisième atelier collaboratif. Un espace sur abonnement pour réaliser son prototype dans une phase de pré-industrialisation et faire ses premiers moules. Pour des jeunes entrepreneurs mais pas seulement. Le but est de créer une véritable communauté de "makers" transgénérationnelle aux multiples profils, ces personnes "qui font de leurs mains, qui créent", comme l'indique Maud Bérenger, directrice des deux Techshop d’Île-de-France.

L’histoire commence il y a deux ans et demi, quand Leroy Merlin répond à l’appel d’offre de Station F. Le Techshop a été conçu pour "démocratiser le prototypage et l’ouvrage industriel", explique Maud Bérenger. Les machines sont en fonction depuis deux mois, avant l’ouverture officielle, et déjà plusieurs prototypes ont même été réalisés.

La première salle est ouverte à tous et consacrée à la conception de goodies grâce à des ordinateurs graphiques (CAO). Une fois passée la marque "members only" bombée sur le sol en béton ciré, se déploient de nombreuses salles aux multiples machines. "La couveuse" à gauche pour les impressions 3D en résine et scanner 3D, "La Forge" à droite pour travailler le métal avec des fraiseuses, tour, ponceuse, ... on tombe ensuite sur une salle de réunion mais aussi "Le podium", salle dédiée au textiles avec une imprimante sur coton et autre imprimante 3D, et enfin "La chambre d'Isaac" pour l’électronique : fer à souder, pic & place, ...

Imprimante sur coton de la salle "Le Podium" ©Sybille Aoudjhane 

Une communauté de "makers"

"Ce lieu à une vocation d’espace de service et cible moins le consumérisme", explique Thomat Bouret, Directeur général de Leroy Merlin France. Pour lui, il y a une véritable montée en puissance de l’économie du partage qui se matérialise par ce Techshop dont la communauté est croissante. "Le marché des makers est très émergeant ici", analyse-t-il. "Pour l’instant les utilisateurs sont surtout des jeunes startuppers, qui ont une culture du "faire" et n’ont pas peur de la machine. Mais on essaye de démocratiser cette culture le plus possible". L'objectif est de rassembler le plus de personnes aux profils différents pour qu’il y ait un partage de connaissance. "On voit souvent des membres d’une startup rencontrer un autre membre de la communauté et faire un projet ensemble", ajoute Maud Bérenger. Une équipe sur place peut apprendre aux utilisateurs à se servir des machines, sur rendez-vous. Et des ateliers pour enfants vont être mis en place. Cet espace pourrait aussi être celui des familles.

Techshop essaye d’être particulièrement flexible pour les "makers". La formule d’abonnement et de tickets à la journée a porté ses fruits : la communauté est en hausse. Maud Bérenger dit aussi essayer d’"être à l’écoute des startups et de mettre en place tous les services disponibles pour qu’ils réalisent leur idée du prototype". Ainsi, la salle "Le Podium" - l’atelier textile - a été réalisée, à la suite des demandes de startuppers alors qu’elle n’avait pas été prévue.


Scanner 3D de la salle "la Couveuse" ©Sybille Aoudjhane

Un « win-win » pour les entreprises

Communauté, écosystèmes, ce sont des mots que l’on entend souvent. Thomas Bouret, Directeur général de Leroy Merlin France voudrait "capter les tendances des nouveaux usages" grâce à ce nouvel atelier. L’intérêt pour de telles entreprises est d’être au contact de nouvelles start-ups qui stimulent leurs innovations.

L’entreprise recommande déjà plusieurs start-ups pour compléter son offre comme Frizbiz qui met en contact des particuliers avec des bricoleurs pour des petits travaux. Pour Thomas Bouret, c’est en ayant ce genre d’initiative que l’on peut "être en contact avec la communauté de "makers" et "participer à un écosystème innovant".

Le matériel d’intelligence artificiel et de CAO a été installé dans le Techshop en partenariat avec Fujitsu. Axel Mery, CTO de Fujisu France a été particulièrement intéressé par le partage de travail avec les entrepreneurs. "On a déjà intégré des startups dans nos projets qui apportent une partie logicielle et technologique que l’on ne sait pas couvrir. Nous apportions l’intelligence artificielle pour notre client final", explique-t-il. "On a trouvé un win-win entre la startup, Fujitsu et notre client final." et d’ajouter : "le principal intérêt pour nous c’est l’écosystème."

 

 

 

Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle