[Vidéo] Des chercheurs créent un robot doté de muscles de chair

En créant des muscles à partir de cellules souches de rat et les implantant sur un squelette robotique, des scientifiques japonais ont créé un petit robot biohybride, capable de déplacer de légers objets.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Des chercheurs créent un robot doté de muscles de chair
Capture écran de la vidéo postée par des chercheurs japonais qui ont créé des robots biohybrides de quelques millimètres capables de soulever de tous petits objets.

Des robots composés de métal, plastique, et ... de tissus vivants. Alors que l’implantation de muscles au sein des robots est un défi technologique qui buttait sur la force de ces muscles et leur durée de vie, des chercheurs de l’Institut des Sciences industrielles de l’Université de Tokyo ont annoncé, dans une publication du 31 mai qui fait également l’objet d’un article dans la revue Sciences Robotics, avoir réussi l’implantation d’un muscle vivant plus robuste et d’une durée de vie d’une semaine.

L’équipe de chercheurs a créé un squelette robotique de quelques millimètres dans lequel elle a introduit une paire de muscles fonctionnels. Ces muscles n’ont pas été prélevés sur un corps mais créés de toutes pièces. Pour cela, les scientifiques ont cultivé sur des feuilles d'hydrogel des myoblastes, soit des cellules souches à l'origine de la formation des muscles, de rats. "Une fois que nous avions construit les muscles, nous avons réussi à les utiliser au sein du robot comme une paire antagoniste, avec un muscle qui contracte et l'autre qui étire, tout comme dans le corps", explique dans la publication Shoji Takeuchi, l’un des auteurs.

Imiter l'action d'un doigt humain

C’est ce fonctionnement des muscles en directions opposées, sollicités par des impulsions électriques d’électrodes, qui leur a donné leur robustesse, explique le chercheur : "Le fait que les muscles aient exercé des forces opposées les uns sur les autres les a empêchés de se rétrécir et de se détériorer comme dans les études précédentes." Pour autant, les muscles créés par ces chercheurs ont besoin d’être plongés dans l’eau pour avoir cette durée de vie d’une semaine.

L’équipe a testé différentes applications, comme celle de faire ramasser et déposer plus loin un anneau ou de faire travailler à l’unisson deux robots pour qu’ils soulèvent un petit carré, comme le montre la vidéo ci-dessous.

"Nos résultats montrent qu’en utilisant cette disposition antagoniste des muscles, nos robots peuvent imiter les actions d'un doigt humain", explique l'auteur principal Yuya Morimoto. "Si nous pouvons combiner plusieurs de ces muscles dans un seul appareil, nous devrions être capables de reproduire l'interaction musculaire complexe qui permet aux mains, aux bras et à d'autres parties du corps de fonctionner", projette-t-il. De quoi ouvrir des perspectives intéressantes en santé, où de tels robots pourraient être utilisés pour améliorer la transplantation d'organes ou l'ajout de prothèses.

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS