Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Vendre ses fleurons, pas si grave

Solène Davesne ,

Publié le

Vendre ses fleurons, pas si grave
Après les ventes d’Alstom et STX, des députés craignent une disparition du patrimoine industriel français.

Céder des pans entiers de l’industrie française à des investisseurs étrangers risque-t-il de précipiter sa chute ? Après les rachats d’Alstom par Siemens et de STX par Fincantieri, la question est revenue en force dans le débat public. Une commission d’enquête parlementaire a été créée le 31 octobre, à l’initiative des Républicains, qui jugent nécessaire de « s’interroger sur les moyens juridiques, économiques et financiers dont dispose l’État, mais aussi sur la stratégie adoptée pour favoriser le maintien en France de notre patrimoine industriel stratégique ». Dans une note publiée début novembre, La Fabrique de l’industrie se penche sur l’expérience britannique. Verdict : malgré quelques contre-exemples, notamment dans la sidérurgie, l’arrivée massive de capitaux étrangers a été plutôt positive pour le développement de l’industrie outre-Manche. Mais le think tank y met des bémols. Les investissements étrangers ont tendance à accentuer les disparités régionales. Et si les acteurs misent sur le long terme, l’effet d’entraînement ne se produira qu’avec des infrastructures et un écosystème attractifs. En gros, le succès dépend aussi de la réaction des pouvoirs publics.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle