Une journée marquée par des tensions entre "gilets jaunes" et automobilistes

Plus de 2 000 rassemblements de "gilets jaunes" se sont tenus partout en France ce samedi 17 novembre, pour protester contre la hausse des prix des carburants. Une femme est morte en Savoie, renversée par une automobiliste sur un barrage, et plus de 200 personnes ont été blessées. 

Partager
Une journée marquée par des tensions entre
Manifestation de "gilets jaunes" le 17 novembre.

En fin de journée, samedi 17 novembre, le ministère de l’Intérieur a estimé à 282 000 le nombre de "gilets jaunes" ayant participé à plus de 2 000 rassemblements à travers la France. Ce chiffre ne sera pas démenti par les organisateurs, il n’y en a pas... C'est la caractéristique la plus frappante de cette journée inédite de rassemblements initiés sur les réseaux sociaux: un mouvement protéiforme, sans porte-parole, avec des manifestants livrés à eux-mêmes, soulevant de nombreux problèmes de sécurité.

Retrouvez l'ensemble de nos articles sur les origines de cette colère sociale ici

Protestant essentiellement contre la hausse des prix des carburants, les manifestants ont organisé des barrages filtrants au niveau de ronds-points ou d’accès aux centres villes ou aux viaducs, ont ouvert les péages autoroutiers, ont ralenti la circulation sur les rocades et routes nationales en y organisant des opérations escargot, au volant de leurs voitures. D’autres ont défilé, comme les quelque 200 ou 300 manifestants qui ont descendu les Champs-Elysées, à Paris, où la mobilisation était faible - on a compté 1 200 manifestants au plus fort du mouvement. Beaucoup de "gilets jaunes" n'avaient jamais manifesté jusqu'ici...

Des blessés parmi les manifestants, percutés par des automobilistes excédés face aux barrages

La journée a commencé par un drame, à Pont-de-Beauvoisin, en Savoie. Une femme d’une soixantaine d’années a été tuée, renversée par une automobiliste qui, paniquée, a foncé dans les manifestants qui l’empêchaient de passer. D’autres manifestants ont été blessés par des automobilistes qui tentaient de forcer les barrages, à Arras (Pas-de-Calais), Arcachon (Gironde), Sarlat (Dordogne)…

Plusieurs policiers ont également été blessés par des automobilistes tentant de forcer les barrages. Là où les manifestations avaient été déclarées en préfecture et bien organisées, les "gilets jaunes" ne bloquaient pas le passage, mais laissaient passer les voitures au compte-gouttes ou les ralentissaient en occupant une ou deux voies de rocades. Le gouvernement avait prévenu qu’il ne tolérerait pas les entraves à la circulation. Vers 19 heures, le ministère de l’Intérieur dénombrait 227 blessés.

Des interpellations par la police

Faute d’organisateurs et de déclarations en préfecture, plusieurs rassemblements ont été démantelés par les policiers. A Dijon, où la mobilisation était forte, les policiers ont dû intervenir pour empêcher des manifestants de se rendre au centre-ville. Les organisateurs se sont fait déborder par des manifestants qui ont choisi un autre parcours que celui prévu. Près de Valenciennes, les CRS ont débloqué l’autoroute A2. En fin de journée, plusieurs manifestations se tendaient, notamment à Paris, où les manifestants ont tenté d’approcher de l’Elysée et où les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène, comme à Quimper (Finistère). Le ministère de l’Intérieur a annoncé en fin de journée 117 interpellations, dont 73 ont débouché sur une garde à vue.

Les politiques font profil bas

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), qui soutient le mouvement, a twitté à plusieurs reprises pour prendre la défense des manifestants.

Au sein de l'extrême-droite aussi, les leaders ne se sont pas montrés, mais ont laissé leurs troupes manifester leur ras-le-bol. Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, lui, n’a pas hésité à se montrer et à venir soutenir les "gilets jaunes" du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Les grandes centrales syndicales avaient décidé de ne pas se mêler du mouvement, même si leurs adhérents devaient être nombreux dans les rangs des "gilets jaunes". Philippe Martinez (CGT) appelant le gouvernement à revaloriser le SMIC pour répondre au désarroi des Français qui manifestaient ce samedi et Laurent Berger (CFDT) déclarant au Monde qu’il laissait le gouvernement "se débrouiller".

Dans la soirée, tirant les conséquences de la mobilisation, le secrétaire général de la CFDT a demandé à l'exécutif de réunir syndicats et associations pour "construire un pacte social de la conversion écologique".

Côté gouvernemental, c’est le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner qui est monté au créneau, présent toute la journée devant les télévisions et dressant régulièrement un bilan de la situation. On n’a vu ni entendu ni Edouard Philippe ni Emmanuel Macron. Le gouvernement ayant déjà lâché quelques mesures avant la journée de mobilisation des "gilets jaunes", difficile pour l'instant de savoir comment il va répondre à la colère qui s'est manifestée ce samedi. Surtout si elle dure.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS