Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Une infamie et le déshonneur en prime

Publié le

Une infamie et le déshonneur en prime

Financement du terrorisme, mise en danger d’autrui et violation de la réglementation relative aux relations financières avec l’étranger… Les derniers rebondissements de l’affaire Lafarge, avec les mises en examen des anciens responsables du groupe et de sa filiale syrienne, sont gravissimes. Les investigations du cabinet américain Baker McKenzie ont montré que le cimentier français a acheté du pétrole à l’État islamique, violant ainsi l’embargo décrété par l’Union européenne en 2011, et lui a remis de l’argent via un intermédiaire, afin de continuer à exploiter son usine de Jalabiya, dans le nord de la Syrie. Selon Baker McKenzie, de juillet 2012 à septembre 2014, Lafarge Cement Syria a versé environ 5,6 millions de dollars à l’organisation d’Abou Bakr al-Baghdadi. Last but not least, et c’est là que l’infamie risque d’être synonyme à jamais de déshonneur pour ses auteurs, Lafarge Cement Syria n’a pas assuré la sécurité de ses employés syriens, restés seuls à leurs postes après que la direction de l’usine avait quitté le pays dès l’été 2012. Connu depuis l’an dernier, un an après que Lafarge a fusionné avec le suisse Holcim, ce scandale ternit un peu plus l’image du cimentier français. Et plus largement du secteur. Une autre affaire, un peu plus ancienne, avait vu l’ancien président de Ciments français, Pierre Conso, condamné pour dissimulation comptable de prises de participations dans des concurrents. La découverte d’engagements hors bilan, après la cession par Paribas, en avril 1992, du contrôle de Ciments Français à Italcementi, avait conduit à son limogeage. On se rappellera, pour finir, que LafargeHolcim s’était dit prêt à participer à l’édification du mur promis par Trump entre le Mexique et les États-Unis. La morale et l’éthique seraient-ils des gros mots pour les cimentiers ? 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle