Un rapport sur les 35 heures les juge "efficaces", préconise d'autres diminutions du temps de travail

Le 9 décembre, la commission d'enquête parlementaire sur "l'impact de la réduction progressive du temps de travail" a remis un rapport très positif sur les 35 heures. Si certains effets néfastes sont concédés, les lois Aubry sont jugées comme ayant été efficaces pour l'emploi et peu coûteuses pour l'Etat.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Un rapport sur les 35 heures les juge

Un rapport à contre-courant de la critique ambiante des 35 heures. Le 9 décembre, la commission d'enquête parlementaire sur "l'impact de la réduction progressive du temps de travail" a vanté les mérites de la réforme mise en place en 2000.

Porté par la député socialiste du Doubs Barbara Romagnan, le rapport défend les 35 heures et préconise même d'autres diminutions du temps de travail. Selon le texte, que l'AFP a pu consulter, la réduction du temps de travail s'avère "la politique la plus efficace et la moins coûteuse qui ait été conduite depuis les années 1970".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

une baisse des cotisations sociales coûterait plus cher

"Les lois Aubry (...) ont créé 350 000 emplois et ainsi contribué à réduire le chômage", assure le rapport, s'appuyant sur une évaluation de l'Insee. Elles ont "permis qu'entre 1998 et 2001, l'économie française crée plus d'emplois que jamais auparavant dans son histoire, et plus d'emplois par point de croissance annuelle que dans les périodes précédentes et suivantes".

Pour la commission d'enquête, les 35 heures se sont avérées "moins coûteuses pour les finances publiques" que "d'autres politiques publiques mises en oeuvre pour stimuler l'emploi", "notamment celles qui reposent sur des baisses de cotisations sociales sans conditions".

l'udi dénonce un rapport "partisan"

Le rapport concède toutefois des effets négatifs, comme une "intensification du travail, repérée dans plusieurs secteurs", de "fortes tensions dans la fonction publique hospitalière" ou encore des "difficultés" d'organisation rencontrées dans les TPE.

Approuvé par 12 voix contre 4, le texte a toutefois divisé la commission. Son président, l'UDI Thierry Benoît, a notamment déploré "que le rapport présenté se borne à une défense partisane de la durée légale du temps de travail".

S'il continue de défendre les 35 heures, l'exécutif n'est pas contre des ajustements. Au gouvernement, des voix s'élèvent en faveur d'un assouplissement de la durée légale du travail.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS