Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Un nanorobot tueur de tumeur

Manuel Moragues ,

Publié le

Un nanorobot tueur de tumeur
La thrombine portée par le robot bloque l’afflux sanguin vers la tumeur.

Une percée en nanomédecine. Des chercheurs de l’université d’Arizona et du Centre national pour la nanoscience et la technologie chinois ont mis au point des nanorobots capables de réduire des tumeurs en bloquant leur irrigation sanguine. La technologie repose sur un origami d’ADN : une feuille d’ADN de 90 x 60 nanomètres, sur laquelle sont attachées quelques molécules de thrombine – enzyme clé de la coagulation –, est repliée pour former un tube contenant la thrombine. Injectés par intraveineuse dans des souris dotées d’une tumeur à base de cellules cancéreuses humaines, ces nanorobots sont portés par le flux sanguin. Leur programmation réside dans la greffe sur leur surface d’un fragment d’ADN (aptamère) capable de se lier à une protéine, la nucléoline, présente à la surface des cellules des vaisseaux sanguins des tumeurs. Lorsque le nanorobot rencontre une telle cellule, l’aptamère se lie à la nucléoline et déplie le tube d’ADN, libérant la thrombine qui, par son action coagulante, bloque l’afflux sanguin vers la tumeur. Les chercheurs ont démontré la réduction effective de différentes tumeurs chez les souris et l’absence d’effet indésirable. De quoi envisager de précieuses applications thérapeutiques. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle