Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Transformer les déchets plastiques en carburant ? Un inventeur français y croit

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/12/2018 À 18H41

Vidéo Une machine de la taille d'un container capable de recycler tous les déchets en plastique pour en tirer du carburant, simple, robuste et réparable au fin fond de la brousse : le prototype de cette invention attend désormais de prendre son envol.

Transformer les déchets plastiques en carburant ? Un inventeur français y croit
Christopher Coates (à gauche), un inventeur français qui a créé une machine qui transforme les déchets plastiques en carburant discute avec l'acteur français et fondateur de l'association Earthwake Samuel Le Bihan (à droite). REUTERS/Eric Gaillard
© Eric Gaillard

L’acteur français Samuel Le Bihan espère finaliser en 2019, principalement à destination des pays émergents, la conception d'une machine capable de lutter contre la pollution tout en fournissant de l'énergie à des populations parfois isolées. Le concept, potentiellement révolutionnaire : produire du carburant à partir de déchets plastiques.

"L’idée, c’est de stimuler le ramassage des déchets avant qu’ils finissent dans les océans avec un équipement à taille humaine tenant dans un container et pouvant créer une économie", explique celui qui a notamment tourné dans les films Disco, Mesrine ou la série télévisée Alex Hugo. 

Via l’association Earthwake qu’il a confondée, il soutient financièrement depuis trois ans et demi le développement d’une invention baptisée Chrysalis, fabriquée dans un hangar du haut-pays niçois à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) par Christofer Costes, un chercheur autodidacte âgé de 35 ans. Après la récente démonstration aux médias d’un modèle qui fonctionne sur de petites quantités, un prototype final "de grosse taille" devrait être dévoilé en mai 2019. Selon son créateur, "il permettra de produire entre 30 et 50 litres de carburant avec 30 à 50 kilos de plastique en 1h15/1h20 de temps". Il sera également "robuste et réparable au fin fond de la brousse".

Le secret de fonctionnement réside dans la pyrolyse des plastiques, mais améliorée, assure Christofer Costes. Celle-ci "permet de chauffer à 450 degrés en l’absence d’oxygène dans un réacteur fermé tout en supprimant la production de cires qui en résulte avec les techniques habituelles". "Au final, on n'obtient que du carburant : 60% de gasoil, 20% d’essence, 10% de gaz et des résidus carbonés", ajoute-t-il.

Un modèle économique "durable"

Son dispositif peut engloutir des matériaux qui ne se recyclent pas, en polyéthylène et en polypropylène, issus par exemple de sacs plastiques, de bâches ou de seaux. L’homme, titulaire d’un BTS en électrotechnique, dit avoir eu l’idée de se lancer sur le sujet après avoir "vu sa femme rentrer des courses et jeter des plastiques qu’elle venait à peine d’acheter". Il raconte avoir envoyé ses plans sur le site internet d’une émission de télé qui collectait des idées d’inventeurs avant d’être mis en contact avec l’association qui lui paye un salaire et achète le matériel nécessaire. Pour François Danel, directeur d’Earthwake, cet équipement n’est pas seulement basé sur une technique innovante : "Il doit être un outil environnemental et social, créer de la valeur et des emplois. On veut que le modèle soit économiquement durable".

Samuel Le Bihan, qui affirme vivre les problèmes environnementaux de "manière épidermique" souhaite que le carburant devienne au final des kilowatts heure afin par exemple de faire fonctionner des groupes électrogènes, d’aider à fournir internet ou du wifi dans les pays émergents. "Si ce plastique a de la valeur, les gens ne vont pas le jeter, un peu comme une consigne de bouteille", s’enthousiasme-t-il. "Je rêve de voir le nombre de tonnes de déchets qui traînaient dehors que l’on aura pu traiter."

Chrysalis a reçu le soutien, il y a quelques jours, du Conseil départemental des Alpes-Maritimes qui lui a remis un trophée Green Deal saluant l’initiative en matière de transition écologique et alloué une subvention de 50.000 euros.

Avec Reuters (par Matthias Galante, par Yves Clarisse)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle