Economie

Toujours en deçà de ses niveaux habituels, l'activité économique française continue de se redresser

,

Publié le , mis à jour le 10/08/2020 À 10H51

Léger redressement de l'activité économique française en juillet. Elle s'établit 7 % en dessous de ses niveaux habituels, contre - 9 % en juin, selon les derniers chiffres de la Banque de France. Plus lente, la progression devrait se poursuivre en août, sauf en cas de fort retour de la pandémie.

Toujours en deçà de ses niveaux habituels, l'activité économique française continue de se redresser
L'activité économique a continué de se redresser en juillet en France mais à un rythme moins rapide qu'en juin.
© CHARLES PLATIAU

L'activité économique a continué de se redresser en juillet en France mais à un rythme moins rapide qu'en juin, pour s'établir 7% en dessous de ses niveaux habituels, observe la Banque de France (BdF) dans son enquête mensuelle de conjoncture pour juillet, publiée lundi 10 août.

A titre de comparaison, la perte d'activité par rapport à la normale sur fond d'épidémie de COVID-19 s'établissait à 9% en juin et à environ 32% au début du confinement en mars.

Légère amélioration en août

Les témoignages recueillis auprès de 8 500 entreprises suggèrent que le mois d'août devrait être marqué par une stabilisation ou une très légère amélioration de l'activité, mais ces perspectives sont "à prendre avec prudence en ce milieu d'été", souligne la BdF.

Cette prudence s'impose d'autant plus que la France fait actuellement face à une résurgence des cas de contamination par le nouveau coronavirus.

Pour le mois de juillet, la reprise progressive et ralentie de l'activité s'est manifestée à la fois dans l'industrie, les services et le bâtiment, dans un contexte de levée progressive des mesures de restrictions liées à la crise sanitaire.

Une situation différente selon les secteurs

Le niveau d'activité apparaît très hétérogène selon les secteurs. Si dans le bâtiment, l'activité se rapproche désormais de son niveau d'avant-crise, la situation est différente dans l'industrie et les services, où la reprise n'a pas encore permis de compenser le déficit d'activité accumulé pendant le confinement entre la mi-mars et la mi-mai, note la BdF.

Par exemple, l'agroalimentaire et la pharmacie évoluent désormais à des niveaux d'activité proches de ceux d'avant-crise alors que l'activité reste très dégradée dans la métallurgie et l'automobile.

Une reprise "en aile d'oiseau"

Et dans les services, l'activité reste très inférieure à la normale dans l'hébergement-restauration, la location (matériel, automobiles) ou encore la publicité et les études de marché.

Pour la Banque de France, ces différents constats confirment "le scénario d'une reprise 'en aile d'oiseau' (...) avec une première phase de rebond marqué de l'activité à la faveur du déconfinement, suivie d'une deuxième phase de reprise plus lente".

Avec Reuters (Myriam Rivet, édité par Marc Angrand)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte