Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Total consolide sa position sur le champ pétrolier géant d’Abu Dhabi

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Alors que Total, à l’instar des autres pétroliers, réduit ses investissements pour encaisser la chute des cours de pétrole, la multinationale enregistre une très bonne nouvelle : sa concession à Abu Dhabi est renouvelée et contribuera largement à lui faire respecter ses objectifs de production.

Total consolide sa position sur le champ pétrolier géant d’Abu Dhabi © DR

Dans une période difficile pour les pétroliers qui se heurtent à une baisse massive des prix du pétrole, Total peut se réjouir d’une excellente nouvelle. La major française a obtenu une importante participation dans la gigantesque concession pétrolière d’Abu Dhabi.

 

Notre dossier : Avec les cours du baril en chute libre, l'industrie pétrolière doit se réinventer

 

Le français est présent sur ce champ depuis 75 ans. Jusque-là, 60% étaient détenus par la compagnie nationale Adnoc (Abu Dhabi National Oil Company). Total, Shell, BP, et ExxonMobil en détenaient chacun 9,5%, le portugais Partex en possédait 2%. Mais la concession a expiré le 10 janvier dernier.

Total a été le premier partenaire sélectionné par Abu Dhabi et sa part s’élève désormais à 10% pour les quarante années à venir. Interrogé dans le journal Le Monde, le directeur général Patrick Pouyanné se réjouit : "Cette concession (…) représente 7% de notre production mondiale (…) si nous touchions jusque-là 1 dollar par baril, la nouvelle rémunération sera bien supérieure". Total produira environ 160000 barils par jour dans cette zone.

Raffinerie en danger

Cette concession est un soulagement pour le groupe français alors que la conjoncture est particulièrement tendue. Total doit réduire ses investissements globaux de 10% en 2015, et de 30% en ce qui concerne la seule exploration-production (2,8 milliards de dollars investis en 2014).

Par ailleurs, le pétrolier va vendre 10 milliards de dollars d’actifs d’ici 2017. Le raffinage français n’échappera pas à une restructuration. Dans Le Monde, Patrick Pouyanné explique que deux des cinq raffineries Total situées en France perdent de l’argent. Mais il rassure les salariés. Malgré la transformation de l’activité des sites concernés, il n’y aura ni fermeture, ni licenciement.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle