Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

SystemX recherche des start-up pour accélérer sur la blockchain

Marine Protais ,

Publié le

L’Institut de recherche technologique SystemX a lancé un appel à start-up spécialistes de la technologie blockchain. Si celles-ci sont intéressées par les projets des partenaires industriels de l’IRT, elles sont peu séduites par la dotation.

SystemX recherche des start-up pour accélérer sur la blockchain
SystemX recherche des start-up pour accélérer sur la blockchain
© dr

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

L’IRT SystemX a besoin de matière grise pour progresser sur la blockchain, une technologie permettant de stocker et transmettre des données de manière sécurisée et décentralisée. L'Institut de recherche technologique sur l'ingénierie numérique des systèmes du futur, implanté à Saclay (Essonne), a lancé un appel aux start-up du secteur mercredi 3 mai. Celles-ci viendront compléter les travaux initiés fin 2016 par l’IRT, accompagné par des partenaires universitaires et de grandes entreprises comme PSA, EDF et La Poste.

Les start-up ont jusqu’au 16 juin pour postuler, les trois ou quatre lauréats seront annoncés début juillet. Elles auront pour mission, pendant six mois, de développer de nouveaux usages de la blockchain notamment pour l’automobile, la logistique et l’énergie, et de nouvelles briques technologiques.

Accès aux données de PSA, EDF et d’autres

L’IRT promet aux jeunes pousses un "accès privilégié" aux projets de recherche, à la plate-forme technologique blockchain développée par l’IRT et aux données de ses partenaires. Certainement l’aspect le plus intéressant pour les start-up. "Ils pourraient devenir vos potentiels clients", allèche Charles Kremer, directeur du programme Territoires intelligents à SystemX.

Pour les industriels, cet appel à start-up est l’occasion de lancer des démonstrateurs autour de la blockchain. Car si la technologie les intéresse, peu savent par où commencer. "Ce que nous attendons des start-up c’est qu’elles nous donnent de nouvelles idées de cas d’usage. Nous avons déjà lancé une preuve de concept autour de la fiche technique de la voiture, une sorte de carnet d’entretien où serait enregistré son kilométrage, ses pièces de rechange… Il serait partagé avec les réparateurs indépendants pour un meilleur suivi de la voiture. Mais je pense qu’avec l’essor de la mobilité, du covoiturage… il y a beaucoup d’autres choses à faire autour de la blockchain", explique Aldric Loyer, chef de service innovation nouveau service de mobilité du constructeur.

Pour PSA, l’IRT est une "caution de sérieux"

PSA estime pouvoir lancer un premier projet pilote blockchain en septembre, malgré les réticences de la direction au départ. "Il est difficile de convaincre le top management d’investir dans une technologie encore peu connue et souvent associée à des business sulfureux à cause de son lien avec les crypto monnaies. C’est pour cela que nous passons par l’IRT, plutôt que directement par des start-up, pour la caution de sérieux", raconte Aldric Loyer.

De son côté, EDF veut utiliser la technologie pour créer une market place où les habitants d’un quartier résidentiel pourront s’échanger de l’énergie. "Dans certains quartiers, des habitants sont consommateurs mais aussi producteurs d’énergie grâce aux panneaux solaires sur leur maison par exemple. On pourrait imaginer qu’ils vendent cette énergie à leurs voisins, sans passer par le réseau général, mais via un système blockchain qui serait une sorte de notaire", détaille Gilles Deleuze, chef de projet R&D blockchain chez EDF. 

5 000 euros pour six mois… pas assez pour les start-up

Les start-up sont intéressées par ces projets.  Mais la dotation, 5 000 euros, voire rien si l’entreprise souhaite devenir propriétaire de sa technologie, les fait moins rêver. "Ce n’est vraiment pas grand-chose pour travailler pendant six mois, estime un dirigeant d’une start-up spécialisée en blockchain. Il y a peu d’intérêt pour nous car nous travaillons déjà avec de grands comptes…"

Edwige Morency, le PDG d’Eureka Certification, un organisme de formation autour de la blockchain, ajoute : "l’initiative est intéressante, mais il faut que nous regardons de plus près le règlement sur les questions de propriété intellectuelle notamment."

Les lauréats de la première saison seront désignés le 6 juillet 2017.  L’IRT prévoit de renouveler cet appel à start-up de la blockchain tous les ans pendant quatre ans.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/05/2017 - 12h10 -

La blockchain est la star technologique de l'Internet et son application réussie dans la création du Bitcoin n'y est pas pour rien. Mais en effet la technologie blockchain ne sert pas uniquement aux échanges de cette monnaie virtuelle. Il faut lire à ce sujet le livre "La Business blockchain: pratiques et applications professionnelles". On y découvre des champs d'application insoupçonnés, y compris par exemple pour tenir les registres d'état civil ou dans le domaine de la santé.Techno passionnante!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle