Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Sortie d'usine] Réparer le corps des astronautes grâce à la bio-impression

Alice Vitard , , , ,

Publié le

Vidéo Cinquante ans après la mission Apollo 11, une équipe de l'université technique de Dresde, en Allemagne, a mis au point une méthode de bio-impression 3D pour soigner les astronautes dans l'espace. Cette technologie un peu particulière utilise le tissu des patients eux-mêmes.  

[Sortie d'usine] Réparer le corps des astronautes grâce à la bio-impression
Les chercheurs ont réussi à obtenir des échantillons de peau et d'os.

L'espace est un véritable désert médical... alors même que c'est l'environnement le plus hostile que connaît l'Homme. Début juillet, des chercheurs de l'université technique de Dresde (Allemagne) ont annoncé avoir mis au point une méthode de bio-impression 3D pour une utilisation spatiale. Les scientifiques ont travaillé étroitement avec l’entreprise luxembourgeoise Blue Horizon.

Ce projet est entièrement chapeauté par l'Agence spatiale européenne, qui travaille sur des technologies capables de "réparer" le corps des astronautes dans des conditions extrêmes. Un programme bien avancé: les chercheurs ont réussi à obtenir des échantillons de peau (photo ci-dessous) et d'os grâce à cette technique.

Le plasma, une merveilleuse source d'encre

La principale difficulté de la bio-impression est de trouver l'encre qui servira de base. Cela s'avère effectivement compliqué en plein milieu de l'espace. Les universitaires ont donc imaginé utiliser le tissu corporel des astronautes eux-mêmes. Le plasma du sang pourrait alors être utilisé pour fabriquer les cellules de la peau. Et les cellules souches transformées en os.

Les chercheurs étaient confrontés à un second obstacle : la microgravité dans l'espace. Dans de telles conditions, les fluides risqueraient de se déplacer. Pour palier ce problème, ils ont ajouté de la méthylcellulose et de l’alginate au mélange, augmentant ainsi la viscosité de l’encre et l’empêchant de se répandre partout. Ces ingrédients peuvent ainsi être obtenus grâce à des algues et des plantes embarquées dans le vaisseau.

Imaginez un astronaute qui se fracturerait un os (hypothèse beaucoup plus probable dans l'espace que sur Terre du fait de l'apesanteur). Un morceau d'os pourrait être imprimé en urgence et inséré dans le corps du patient. Etant donné que cette impression serait issue du corps l'astronaute lui-même, le risque de rejet serait beaucoup plus faible.

L'impression de la peau et des os faite à l'envers

Restait maintenant à prouver que cette imprimante 3D fonctionnait dans l'espace. Pour ce faire, l'impression des échantillons de peau et d'os a été faite à l'envers pour respecter les conditions très particulières de cet environnement.

Le premier projet qui envisage la bio-impression en dehors des frontières terrestres 

La bio-impression est loin d'être une technique nouvelle, mais il s'agit du premier projet qui envisage de l'utiliser hors des frontières terrestres. Derrière ces projets, se cache le rêve d'envoyer des Hommes sur la planète rouge, Mars. Partis pour des années de voyages, les cosmonautes devront pouvoir se soigner. Or, dans ces voyages, il est impossible de revenir assez rapidement pour soigner à temps un malade. Et, la masse des vaisseaux étant limitée, il s'avère trop difficile d'avoir tout le matériel médical à bord.


(Crédit vidéos et photo : l'ESA)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle