Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Science Factor : des jeunes à l'imagination débordante (dont 63% de filles) poussés vers la science

Anne Debray , , , ,

Publié le

La journée Science factor s’est déroulée le 4 février et a mobilisé 1000 élèves dans une vingtaine de villes en France. Elle vise à susciter chez les jeunes et tout particulièrement les filles, des vocations pour les carrières scientifiques et les métiers de l’innovation. Au terme de la journée, les prix Science factor pour un projet scientifique ou technique, innovant et citoyen on été remis aux équipes lauréates, au ministère de la Recherche.

Science Factor : des jeunes à l'imagination débordante (dont 63% de filles) poussés vers la science

Les entreprises citées

Les sciences délaissées ? On pourrait en douter en voyant l’enthousiasme et l’implication des collégiens et des lycéens présents ce 4 février à la quatrième journée Science factor. A Paris, dans le grand amphithéâtre Poincaré du ministère de la Recherche, ils sont au moins 200, dont de nombreuses filles. Science factor veut donner aux jeunes, et tout particulièrement aux filles, l’envie de se lancer dans les études scientifiques. Ambiance sérieuse presque studieuse.

"On peut ne rien connaître, mais on y prend goût et j’apprends à coder, explique une professeur de français qui a développé une app de littérature pour donner envie de lire, utilisée par plus de 2000 lecteurs par jour. Toutes les formations mènent aux sciences et il n’est jamais trop tard pour s’y mettre."

Puis c’est au tour de Léa, une élève de cinquième, de venir parler du vêtement solaire sur lequel elle a planché, en mettant en avant la qualité du travail dans une équipe mixte. Imène, qui a participé à un projet favorisant la biodiversité en ville, lance : "Les sciences, ce n’est pas que pour les garçons !" En classe de seconde en Ile-de-France, son projet n’est pas arrivé en finale. Mais elle reviendra l’an prochain, "cela a développé ma créativité et l’envie de gagner ", dit-elle. Sur scène des ingénieurs, des responsables informatiques ou chefs de projets répondent aux questions des lycéens : "Oui, il existe des métiers alliant médecine et science de l’ingénieur" ; "La santé numérique ou les objets communicants ouvrent de grandes perspectives à ceux qui choisissent les études scientifiques."

16000 votants sur les réseaux sociaux

Après les témoignages, des speed meeting étaient organisés autour des professionnels. La directrice de la stratégie égalité professionnelle d'Orange, titulaire d’un doctorat d’informatique, répond à des questions de six élèves de 4e de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) : "Quel est votre rôle dans l’entreprise ?" ; "Combien de métiers avez-vous exercé ? " ; "Comment vous organisez-vous à la maison ? " ; "Avez-vous des relations avec l’étranger ? "...

Retour dans l’amphi pour la remise des prix. Les six finalistes ont été sélectionnés parmi 36 projets provenant de 14 rectorats. Chaque équipe est composée de trois ou quatre personnes avec, à chaque fois, une fille comme chef de projet. Les filles représentaient d’ailleurs 63 % des équipes cette année. Les six projets retenus ont été départagés par 16 000 votants sur les réseaux sociaux. Sans compter, cette année, les deux projets venus de Belgique et de Grèce.

Dans la catégorie collège, c’est le projet des Kids from LH du Havre qui est récompensé. Ils ont imaginé une carte magnétique à utiliser dans une borne installée dans les cantines scolaires, et qui aiderait les élèves à élaborer leurs repas en fonction de leurs besoins. Pour montrer comment cela fonctionne, Lisa, Rémi, Martin et Matteo, élèves de sixième, ont construit une maquette très parlante où des Playmobil font office d’élèves.

Aquastein, l’équipe composée d’Aliette, Alexia et Charlotte, en terminale à Lille, a travaillé sur des bouées équipées de capteurs pour mesurer la pollution de l’eau. Le jury présidé par Claudie Haigneré, la présidente d’Universcience, a eu du mal à départager les finalistes tant "leur qualité et leur créativité étaient grandes". Elle a également apprécié leur "conviction et leur engagement". "Les jeunes se sentent impliqués par l’innovation citoyenne. Les domaines qui leur tiennent particulièrement à cœur sont l’énergie, l’environnement et le développement d’interfaces intelligentes", souligne de son côté Claudine Schmuck, qui dirige Global Contact, un  des organisateurs de l’événement.

Des jeunes à suivre absolument

Que sont devenus les lauréats des années précédentes ? Presque tous disparus dans la nature "car c’est très difficile de suivre des adolescents par e-mail", dit Claudine Schmuck. Cette année, les organisateurs ont décidé de ne pas les lâcher. Les jeunes seront "accompagnés", dit Claudie Haigneré. Les finalistes seront coachés pour ne pas perdre leur appétence à innover. En première ligne, Orange, le partenaire historique, pour qui la qualité des projets est "étonnante" et les carrières scientifiques "fondamentales". "Il faut les mobiliser, les sensibiliser dès le collège, car nous nous sommes aperçu qu’en ne s’adressant qu’à des lycéens, c’était parfois trop tard, explique Brigitte Dumont, responsable sociale d’Orange. Les choix d’orientation sont souvent déjà faits."

Cette année, Orange accompagnera Théo, l’un des finalistes de 2014. Il parle crowdfunding. Ce qui compte, "c’est d’avoir un projet", affirme ce passionné de jeux vidéo qui souhaite être ingénieur "pour travailler dans le développement ou la sécurité informatique". Son mentor devrait l’emmener prochainement rencontrer des chercheurs dans son Orange Lab grenoblois. D’autres industriels seraient intéressés par ces accompagnements. Ce serait dommage de laisser s’évanouir dans la nature ces graines de génie.

Anne Debray

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/02/2015 - 23h34 -

bonsoir
C'est sur que la relève est assurée ! Ce qui serait dommage c'est qu'ils soient orientés vers le nucléaire qui, en France, monopolise quasiment les euros et les neurones !Vous imaginez les 55 milliards (annoncés !) du grand carénage nuke investis en R&D énergies propres? Tin, y aurait de quoi embaucher quelques têtes pensantes!
Mais non en France, c'est nuke for ever ! Désespérant !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle