Economie

[Sauver l’industrie] Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT : "créer un fonds d’innovation compétences"

, , , ,

Publié le

Tribune L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd’hui, Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT, appelle à la création d’un "fonds d’innovation compétences" afin d’accompagner massivement les transitions professionnelles.  

[Sauver l’industrie] Marylise Léon (CFDT) : créer un fonds d’innovation compétences
Numéro 2 de la CFDT, ancienne secrétaire nationale à l'industrie, Marylise Léon propose de financer massivement la formation des salariés de l'industrie pour accompagner les transformations écologiques et numériques de l'économie.

Sommaire du dossier

[Découvrez ici "L'appel des 30" initié par la rédaction de L'Usine Nouvelle]

"La crise sanitaire remet en évidence la question centrale du travail : utilité sociale de métiers devenus "invisibles", autonomie, management, nouvelles organisations du travail, télétravail et santé au travail. Ses conséquences économiques et sociales posent aussi avec acuité la question des compétences. Le futur de l’industrie se jouera d’abord sur sa capacité à accompagner des transitions professionnelles massives.

Comme face à la pandémie, nous devons inventer les gestes barrières qui nous protègeront, chacun et collectivement, du risque d’inadéquation entre les compétences nécessaires et celles qui sont mobilisables. C’est une urgence sociale, il s’agit de sécuriser les parcours de tous, et notamment des plus fragiles sur le marché du travail : les jeunes, les plus précaires, les moins qualifiés. Cette urgence sociale se conjugue avec l’urgence de la transition écologique et l’anticipation d’une transformation durable des métiers. Ainsi, l’industrie pourra inventer concrètement de nouveaux modèles de production et de développement.

Mobiliser les outils existants est indispensable, mais ne suffira pas. Nous avons besoin de construire des stratégies concertées au plus près des bassins d’emplois. De nombreuses initiatives régionales vont déjà dans ce sens. Mais cette dynamique doit être soutenue par une capacité d’innovation sociale, pour être à la hauteur des défis à relever : faire d’une contrainte subie par les salariés comme par nombre d’entreprises, une perspective de transformation économique et sociale ; donner du sens au travail, une condition déterminante en termes de qualité de l’emploi, comme de performance économique.

C’est à l’échelle des bassins de vie que ces solutions pourront être construites, tant en matière sociale que de relocalisation des activités industrielles. C’est l’objet du fonds d’innovation compétences que la CFDT appelle de ses vœux dans le cadre du plan de relance. Ce fonds doit permettre de développer l’innovation sociale en mode projet, avec les acteurs qui veulent s’engager, territoire par territoire, pour construire des solutions concrètes au plus près des réalités de l’emploi et du travail."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte