Economie

[Sauver l’industrie] Elizabeth Ducottet et Olivier Carré : "Réorienter l’aide à l’innovation sur les applications industrielles du digital"

, ,

Publié le

L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd’hui, le duo Elizabeth Ducottet et Olivier Carré, respectivement CEO et CDO de Thuasne, incitent PME et ETI à effectuer leur transformation digitale avec le soutien de l’Etat sur les équipements, les compétences et l’écosystème d’innovation des start-up.  

[Sauver l’industrie] Elizabeth Ducottet et Olivier Carré : Réorienter l’aide à l’innovation sur les applications industrielles du digital
Elizabeth Ducottet et Olivier Carré, CEO et CDO de Thuasne.
© Thuasne

Sommaire du dossier

 "Aujourd’hui, les ETI industrielles, en France, ont le devoir absolu d’entamer une migration digitale en profondeur pour un rebond de compétitivité. L’amélioration de la productivité territoriale française passe par la digitalisation. Sa mise en œuvre suppose d’assumer au niveau des diirections une volonté concrète de choix managérial et de formation des équipes en charge des opérations industrielles ; de nommer au niveau du Comex un Chief Digital Officer, non pas propriétaire isolé d’une fonction nouvelle, mais stimulateur et accompagnateur transversal d’un nouvel état d’esprit de "doute actif" généralisé ; de rendre chacun capable de se détacher de ses habitudes et de s’approprier une remise en cause de la chaîne de valeur industrielle, afin d’en créer une nouvelle ;  enfin, d’opérer une révision panoramique des processus industriels internes comme externes.

 Il est vital d’intégrer tous les managers dans ce mouvement, et de se convaincre qu’aucune part de l’entreprise n’en est dispensée. Il faut aussi intégrer des nouveaux venus, porteurs d’expériences réussies, afin d’opérer une "perfusion" des équipes existantes. Ensuite, très tôt, il faut tirer les leçons positives qui donnent le goût de poursuivre. Cela implique de suivre, pas à pas, avec le contrôle de gestion industriel, les effets prix de revient enregistrés, qui acheminent l’entreprise vers une productivité améliorée. Et, bien sûr, de prendre grand soin des données internes recueillies et de les interpréter. Cette démarche d’entreprise peut créer des électrochocs salvateurs pour l’industrie.

Comment l’Etat peut-il participer à la mise en œuvre de cette transformation digitale dont dépend notre avenir ?

Nous proposons quatre mesures :

  • D’abord, subventionner les projets d’utilisation des technologies digitales qui sont un levier de la relocalisation compétitive.
  • Ensuite, parce que l’industrie et le digital sont des supports de la trajectoire bas carbone, inciter à la création locale d’entreprises très automatisées sur ces thèmes.
  • Réorienter l’aide à l’innovation sur la dimension industrielle du digital : financer davantage les applications industrielles des start-up digitales plutôt que des usages BtoC ou purement technologiques, avec un effet de levier sur les PME/ETI.
  • Enfin, l’Etat pourrait encourager la conception, le financement et le déploiement de programmes de formation sur l’industrie 4.0, en les axant particulièrement sur les méthodes opérationnelles de mise en œuvre. Car seule une montée en compétence massive dans les PME et ETI industrielles permettra une réelle accélération de ce processus de transformation autant managérial que technique."

Elisabeth Ducottet, CEO de Thuasne, et Olivier Carré, CDO de Thuasne

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte