Economie

[Sauver l’industrie] Bruno Grandjean : "Taxes de production, encore un effort !"

, , ,

Publié le

Tribune L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd’hui, Bruno Granjean, dirigeant de Redex et président de l'Alliance industrie du futur, demande au gouvernement d’aller plus vite et plus loin pour baisser les taxes de production.

[Sauver l’industrie] Bruno Grandjean: Taxes de production, encore un effort
Bruno Grandjean, président de l'Alliance industrie du futur et de Redex.
© FONTENAT Dominique

Sommaire du dossier

[Découvrez ici "L'appel des 30" initié par la rédaction de L'Usine Nouvelle]

"Le Premier Ministre a confirmé que les taxes de production baisseraient de 10 milliards d'euros en 2021, cette baisse sera plus ciblée sur l'industrie, et notamment nos usines qui en bénéficieront majoritairement à travers une révision des bases de calcul des impôts fonciers. Ce sont donc près de 4 milliards d'euros d'allègements des prélèvements sur l'industrie, une moyenne de 100 000 euros par usine française. La "vrai-fausse" réforme de la taxe professionnelle en 2010 incite à rester vigilant et à s'assurer que la baisse ne sera pas compensée par exemple par des augmentations de taux. Notre pays est connu pour sa créativité en matière fiscale...

Je formule une remarque et deux propositions. Il est inconcevable d'avoir dû attendre près de dix ans et une crise majeure pour enfin s'attaquer à un problème de compétitivité, objectif démontré et qui fait une quasi unanimité chez les économistes. Le problème n'a pas été traité par les pouvoirs publics ni même mis en débat avant 2015, contribuant fortement au déclin de l'industrie française. Rattraper le temps et les parts de marché perdues ne sera pas simple. Un observatoire de la fiscalité de l'industrie permettrait d'éviter de telles situations à l'avenir. Ma première proposition est de poursuivre la diminution des taxes de production, un différentiel estimé à 25 milliards d'euros persiste. Une trajectoire de convergence avec la moyenne européenne doit être planifiée sur les cinq ans à venir

Seconde proposition, anticipons les annonces du gouvernement pour coller à la conjoncture et gagner en efficacité. Le prochain versement de 50 % de la cotisation foncière des entreprises est prévu pour décembre 2020. Il doit être supprimé ou a minima modulé pour les locaux industriels au titre du soutien aux entreprises durant la crise.

Alors que la compétition économique mondiale s'intensifie avec la crise, la fiscalité doit s'adapter pour permettre à nos industriels de lutter à armes égales et de conserver en France usines et moyens de production indispensables à notre souveraineté et au maintien d'un système sociale avancé."

Bruno Grandjean est dirigeant de Redex et président de l'Alliance industrie du futur

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte