Economie

Sans modération salariale, le coût du travail repartira à la hausse

Solène Davesne ,

Publié le

Selon Coe-rexecode, le coût du travail a progressé moins vite en France que dans les autres pays européens. Une modération imputable uniquement aux mesures du quinquennat Hollande

Sans modération salariale, le coût du travail repartira à la hausse
monnaie billet piece euro argent revenu achat vente cinquante vingt dix cinq bleu depense salaire
© Fotolia

Petit à petit, la France regagne en compétitivité-coût. Au premier trimestre 2017, le coût horaire du travail a progressé moins vite en France (+0,7 %) qu’en Allemagne (+2%) et dans le reste de la zone euro (+1,2%) pour l’ensemble des services marchands. Dans l’industrie manufacturière, il n’a progressé que de +0,5 % en France contre +1,5 % en Allemagne. Similaire en 2012, le coût du travail dans l’industrie est désormais repassé 6% en dessous du niveau allemand (38,27 euros contre 40,7 euros). Dans l’ensemble de l’économie en revanche, les coûts du travail français restent supérieurs.

Mais cette progression plus lente des coûts du travail tient surtout aux dernières mesures d’allégement du quinquennat Hollande. En janvier 2017, le CICE est passé de 6% à 7 % de la masse salariale au-dessus  de 2,5 SMIC. Depuis avril 2016, les entreprises profitent aussi de la réduction des cotisations familiales jusqu’à 3,5 SMIC. Résultat : sur un an, les charges ont reculé de 1,5 %, selon les calculs de COE-Rexecode qui a mouliné les chiffres d’Eurostat.

Les salaires progressent plus vite en France qu'en Allemagne

Dans le même temps, les salaires ont continué de progresser de 1,7 % sur un an au premier trimestre. Malgré la bonne santé de l’économie allemande et le quasi plein emploi Outre-rhin, les hausses de salaires restent plus soutenues qu’en Allemagne (+1,5 % sur un an). "L’essentiel du début de recalage avec l’Allemagne s’explique par les allègements de charges passés. Désormais, il va falloir que la modération des salaires prenne le relais. La balle est dans le camp des entreprises", souligne Emmanuel Jessua, le chef économiste de l’institut proche du patronat. Le nouveau gouvernement n’a pas prévu de renforcer les efforts en matière de baisse de charges pour les entreprises.

La réforme du code du travail pourrait toutefois faciliter la modération salariale, remarque Coe-Rexecode. "Si on renforce les négociations dans l’entreprises, il peut y avoir une dynamique plus propice à une évolution plus en phase des salaires avec la productivité", souligne Emmanuel Jessua. De quoi poursuivre la lente convergence du coût du travail entre la France et l’Allemagne. 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte