Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Rocket Lab veut récupérer le premier étage de ses fusées grâce à... des hélicoptères

Rémi Amalvy , , ,

Publié le

Vidéo La réutilisation semble avoir le vent en poupe dans le domaine spatial. Alors que SpaceX récupère ses lanceurs depuis 2015, Rocket Lab imagine faire de même avec ses mini-fusées. Plutôt original, le projet de ce dernier ambitionne de récupérer le propulseur en vol avec des hélicoptères, avant qu'il ne touche la surface de l'océan.

Rocket Lab veut récupérer le premier étage de ses fusées grâce à... des hélicoptères
Rocket Lab veut récupérer ses fusées en vol.
© Rocket Lab

Il y a quelques années seulement, il était encore inconcevable d’imaginer réutiliser les fusées plutôt que de les abandonner dans l’espace ou dans l’océan, après leur retombée sur Terre. Mais l’avènement des compagnies spatiales privées a changé la donne. Au-delà de la course au progrès, celles-ci devaient aussi penser productivité et réduction des coûts, à la grande joie de l’environnement, préservé de quelques débris de plus.

Pionnier de ce recyclage nouvelle génération, SpaceX ramène un lanceur sur Terre pour la première fois en 2015, à Cap Canaveral. Depuis, la société d’Elon Musk a réutilisé un bon nombre de propulseurs, après les avoir rapatriés sur des zones terrestres ou en mer. En avril dernier, trois étages d’une Falcon Heavy ont été récupérés avec succès.

Cette pratique semble faire des émules. Spécialisé dans le lancement à délais réduits de petits satellites, Rocket Lab s’intéresse de près à la récupération de ses mini-lanceurs. Bien qu’il ne mesure que 17 mètres de haut pour 1,20 mètre de diamètre, chaque Electron coûte à l’entreprise américaine quelques 5 millions de dollars (4,47 millions d’euros).

Récupération en vol du premier étage

La compagnie a donc annoncé le 6 août le démarrage d’un programme de récupération du premier étage de ses fusées. Ceux-ci seront rapatriés depuis la mer jusqu’au site de production californien, où ils seront réparés et rénovés. Mais alors que SpaceX fait atterrir les lanceurs au moyen de leurs réacteurs, Rocket Lab imagine une technique nettement plus originale, en essayant d’attraper l’élément en l’air, avant qu’il n’entre dans l’eau.

Après son détachement, le premier étage retourne dans l’atmosphère et déploie un parachute, afin de réduire sa vitesse de descente. Au moment opportun, un hélicoptère viendra attraper le câble reliant le propulseur au parachute. La cargaison ainsi récupérée sera alors placée à bord d’un bateau, avant d’être rapatriée sur la terre ferme.

Rocket Lab explique que, lors d’une mission en juin dernier, diverses données ont été récoltées en faveur du programme de récupération. D’autres éléments seront analysés lors d’un prochain lancement prévu pour la fin août. L’objectif est d’effectuer un tout premier essai d’ici la fin de l’année.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle