Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Robocath robotise l'angioplastie

, ,

Publié le

Made in France

Robocath robotise l'angioplastie © D.R.

Protéger les cardiologues des rayons X lors des interventions d’angioplastie - dilatation des artères et pose de stents -, c’est ce que vise Robocath avec son robot R-One. "La robotique vasculaire va s’imposer car, en cardiologie interventionnelle, les praticiens sont très exposés aux rayons X et au risque de tumeur cérébrale et de cataracte", explique Philippe Bencteux, médecin radiologue et PDG de Robocath (12 salariés), une entreprise certifiée créée en 2009 à Rouen (Seine-Maritime).

Selon le créateur de l’entreprise, l’irradiation moyenne des cardiologues est de 40 millisieverts par an, le double de la dose annuelle moyenne autorisée en France. R-One permettrait de réduire de 95% l’irradiation du cardiologue. Éloigné du système d’angiographie, le praticien télémanipule le cathéter avec des joysticks depuis une console distante en étant, de surcroît, protégé par un paravent plombé. Il peut naviguer avec des mouvements combinés de translation et de rotation dans les artères du patient sans porter un tablier plombé. Du fait de la précision accrue des manipulations, R-One permet aussi de réduire de 40% la dose d’iode injectée au patient pour visualiser l’intérieur des artères.

"Le cardiologue est moins stressé et son geste plus précis. Il peut évaluer les lésions et mesurer par l’intérieur la longueur du rétrécissement de l’artère avec plus de précision qu’avec la projection en deux dimensions", précise Philippe Bencteux. Une fois l’artère dilatée, le pra­ticien peut larguer le stent à l’endroit précis du rétrécissement de l’artère et le positionner de façon stable.

Le lancement commercial de R-One est programmé pour le début 2017. Le temps d’organiser une levée de fonds. Robocath vise, dans un premier temps, les marchés français, allemand, autrichien, suisse et le Benelux. Sa cible : les hôpitaux et cliniques dotés d’un service de cardiologie interventionnelle. 

L’innovation

Prolongement de la main du médecin, le robot R-One décuple les possibilités opératoires – rotation et translation simultanées, précision millimétrique du geste opératoire… Une prouesse rendue possible par la technologie anthropomorphique « R-Grasp », qui s’appuie sur les gestes des praticiens qui interviennent en cathétérisme.

L’opportunité

 

120 000 interventions d’angioplastie sont réalisées chaque année en France et 4 millions dans le monde. La cardiologie est le plus grand marché en médecine, mais le moins ciblé par les robots.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle