Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rien ne sert de former à tout va, mieux vaut réfléchir avant

Cécile Maillard

Publié le

Pas question de renouveler les erreurs du plan des 500 000 formations de chômeurs, martèle depuis plusieurs mois le ministère du Travail, en pleine préparation de sa réforme de la formation professionnelle. Un rapport de son service statistique révèle que ce plan, doté début 2016 de 1 milliard d’euros pour former 500 000 demandeurs d’emploi supplémentaires – soit un doublement du nombre de chômeurs formés dans l’année –, n’a en rien amélioré le retour à l’emploi. En 2016, 27,6 % des demandeurs d’emploi ayant suivi une formation ont eu accès, dans les six mois, à un emploi stable (plus de six mois), un chiffre en baisse de 0,8 point par rapport à 2015. Le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, s’est dit « plutôt content » que cette baisse n’ait pas été plus marquée, alors que les chômeurs formés dans le cadre du plan étaient des personnes non qualifiées, qu’une première formation ne suffit pas, en général, à remettre en emploi. Vu le coût, on pouvait espérer une plus grande efficacité. Le « plan 500 000 » a été mis en place trop rapidement, certains soupçonnant François Hollande d’avoir surtout voulu faire sortir des statistiques ces 500 000 chômeurs. « Faute d’une bonne gestion prévisionnelle des emplois au niveau local, les formations proposées ne correspondaient pas aux besoins des entreprises », regrette Anousheh Karvar, qui a coordonné ce plan lorsqu’elle travaillait au cabinet de la ministre du Travail d’alors, Myriam El Khomri. Même analyse chez Muriel Pénicaud. « Le plan a fonctionné dans les seules régions qui ont correctement évalué les besoins sur leur territoire », signale le cabinet de la ministre du Travail. Avant de débloquer les 11 milliards d’euros prévus pour la formation durant le quinquennat, le gouvernement souhaite prendre le temps de mener un diagnostic des métiers en tension, par bassin d’emploi. « Pour ne pas arroser le sable », selon l’expression d’un membre du cabinet. Par conséquent, un seul milliard sera débloqué en 2018. Il faudra ensuite identifier les bonnes formations. C’est une autre critique adressée au « plan 500 000 » : les organismes de formation, parfois débordés par la quantité de stagiaires, parfois parce que personne n’avait pris le temps de vérifier leurs compétences, n’ont pas assuré une formation de qualité. Dernier enseignement de ce plan : il vaut mieux former moins de chômeurs, mais leur proposer des formations de longue durée, réellement qualifiantes. Les plans du quinquennat Hollande auront au moins permis d’améliorer la méthode… 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle