International

[Reportage] Toujours sous blocus, le Qatar développe ses relations de business avec la France

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Reportage Le Qatar, le petit émirat gazier, a su transformer le blocus imposé en 2017 par ses voisins arabes en opportunité économique. Au delà de la réorganisation de sa chaîne logistique, il investit sur de grands projets d’infrastructures, son aménagement urbain, diversifie ses investissements financiers et prépare sa Coupe du monde de football de 2022. Les entreprises françaises en bénéficient fortement. A condition d'apporter les meilleures technologies.

[Reportage] Toujours sous blocus, le Qatar développe ses relations de business avec la France
Doha, la capitale du Qatar, se transforme pour devenir une ville durable et soutenable
© Emilie Lévêque

"On l’a appelé dix fois, il ne nous a jamais répondu. C’est très important de le rencontrer", confie Christian Laugier, sirotant son thé à la cardamone servi protocolairement en guise de bienvenue. Le directeur exécutif Moyen-Orient d’Egis attend l’arrivée imminente de son Excellence Saad bin Ahmad Al Muhannadi, Président d’Ashghal, l’Autorité qatarie des travaux publics. Le Qatar est le deuxième marché en termes de chiffre d'affaires, après la France, du cabinet d’ingénierie qui compte notamment à son actif le métro de Doha. Le tête-à-tête business dure 15 minutes montre en main – Son excellence a rendez-vous dans la foulée avec une délégation ukrainienne. Christian Laugier en sort ravi : "les Qataris apprécient l’effort que nous faisons de venir les voir, lorsque que de nouveaux projets sortiront, ils penseront à nous".

Cet entretien a été organisé par Qadran, cercle économique franco-qatari, qui a emmené pour la première fois une délégation d’entreprises françaises au Qatar, à l’occasion du salon Qitcom, le plus important événement technologique de l’émirat, dédié cette année aux "Safe Smart Cities", qui s’est déroulé du 29 octobre au 1 er novembre. Aux côtés d’Egis, de grandes entreprises telles que Alstom, Thales, Atos, SNCF, RATP, Vinci, mais aussi des PME comme Gaussin Manugistique et H4D, ainsi que des start-up (Bovlabs, Stellar Wind).

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte